Des pays s’engagent à restaurer 60 millions d’hectares de forêt

Forêt brumeuse au pied des Montagnes du Balé Ethiopie - Vers Goba: à 3000 m d'altitude. -  -
© Sylvain Cordier

La forêt peut-elle réduire les effets des changements climatiques à venir ? L’équipe de Noé en est convaincue et c’est ce que vont essayer de prouver une quinzaine de pays dans les prochains mois ! L’Union Internationale de Conservation de la Nature (UICN) l’a annoncé le mois dernier : 14 pays d’Amérique et d’Afrique, dont les Etats-Unis, l’Éthiopie et la République démocratique du Congo, se sont engagés à restaurer plus de 60 millions d’hectares de forêt d’ici 2020, ce qui représente un peu plus que la superficie de la France métropolitaine ! Cette restauration se fera via le lancement de programmes de reforestation financés par des organisations internationales, des partenaires privés ainsi que certains pays dont l’Allemagne et la Norvège.

L’ensemble de ces pays s’accorde sur l’urgence de la situation et la nécessité d’agir « pour faire face aux défis mondiaux, tels que le changement climatique, la sauvegarde de la biodiversité, la sécurité alimentaire et la croissance économique », précise Inger Andersen, le directeur général de l’UICN.

Avec sa fonction de puits de carbone, la forêt apparaît comme un véritable allié pour la captation du carbone atmosphérique. Et si vous aussi vous plantiez des arbres pour restaurer la biodiversité et lutter contre le changement climatique ?

En savoir plus

Publicités