Tous les articles par Noé

Retour sur… « 500 Observations pour la Forêt » avec la CREA



Visuel la CREALes Maisons des Forêts de l’agglomération de Rouen (la CREA) ont proposé aux écoles situées sur son territoire, un grand défi pour l’année scolaire 2013/2014 qui s’inspirait de « 50.000 Observations pour la Forêt ».

Logo 50kOFCette enquête participative pour le grand public s’est déroulée en 2012 et 2013, avec pour objectif scientifique de mieux comprendre l’impact de la fragmentation du milieu forestier sur la faune.

L’enjeu était d’initier les élèves aux sciences participatives et convaincre les enseignants qu’il n’était pas nécessaire d’être un spécialiste pour devenir acteur des connaissances scientifiques.
 9 classes de la CREA ont répondu à cet appel à projets. 7 classes ont été sélectionnées dont 4 classes élémentaires et 3 classes maternelles, représentant un total de 164 enfants et 28 accompagnants. 3 classes ont décidé de travailler sur les gastéropodes, 2 sur les papillons de jour et 2 sur les coléoptères. 
4 ateliers ludiques sur les 4 groupes d’espèces étudiées par « 50.000 Observations pour la Forêt » ont été proposés. Chaque atelier présentait un groupe, ses caractéristiques physiques, son alimentation et son habitat.

AaP_500 Observations pour la ForêtHélène Hatinguais, institutrice à l’école maternelle Clémenceau, dans la commune de Darnétal, et participante au projet, raconte :

« Ce projet « 500 observations sur la forêt et la nature » a passionné beaucoup de mes élèves. Il ne semblait pas facile car nous avions choisi les coléoptères mais il a intéressé tout le monde : enfants, parents , enseignants et même les dames de service, tout le monde sait maintenant reconnaître les larves de coccinelle ! Nous avons été bien préparés par la demi journée de formation à la maison de la forêt en décembre et ravis de revenir en juin voir notre travail mais aussi celui d’autres classes !

Les ateliers organisés, le goûter et les livres sur les animaux de la forêt, offerts le jour de l’exposition ont été un cadeau formidable. D’autre part, je suis particulièrement satisfaite des progrès pour l’observation et la représentation de mes élèves mais aussi du respect qu’ils manifestent à l’égard du vivant !
Visuel Cartes_50kOFNos trouvailles photographiées puis photocopiées ont trouvées trace dans le cahier de vie de chaque élève, les cartes Noé Conservation nous ont permis de conclure le cahier sur une très belle touche couleur avec un contenu à partager avec les papas et mamans. »   

Bravo à la CREA pour ce beau projet pédagogique !

Zoom sur… le Grand calosome

Grand chaman, grand manitou ? Non non, il s’appelle Grand calosome !

Patchwork Grand calosomeCe magnifique insecte de la famille des Carabidés aux couleurs irisées et métallisées, est, avec le Calosome inquisitor et Calosoma maderae, le seul représentant en France du genre Calosoma.

Habitat typique du Grand calosome

Animal strictement forestier, d’affinités méditerranéennes, il chasse dans les chênaies thermophiles les chenilles du Bombyx disparate (Lymantria dispar) et dans les pinèdes les chenilles de la Processionnaire du pin (Thaumetopoea pityocampa). Il joue à ce titre un important rôle de régulation dans l’écosystème forestier car le Bombyx disparate peut parfois pulluler en l’absence de prédateur.

Répartition actuelle du Grand calosome

Les données de l’INPN confirment sa présence dans 9 départements : Seine-et-Mare, Vosges, Hautes-Alpes, Alpes-Maritimes, Var, Hérault, Gironde, Charente et Maine-et-Loire.

Le Grand calosome reflète bien l’un des objectifs de l’OBF : donné comme commun en France, nous manquons cependant de données dans de nombreux départements.

Participez dès maintenant à la mission n°7 et devenez chasseur d’observation du Grand calosome. Vous serez peut-être le premier à l’observer et à déposer votre donnée. La mission court jusqu’à fin novembre !

Dernier mois d’inventaire pour 6 espèces

6 premières missions s’arrêteront à la fin du mois :

N°1 : Super Morio !

N°2 : Mission Damier du frêne

N°3 : Ah ! Les belles Bacchantes !

N°9 : Le carabe aux pinces d’or

N°15 : Cap à l’Est !

N°18 : Quelle Aurore !

3 hommes et 1 couffin ? Non, 5 papillons et 1 carabe !

Morio au stade nymphal
Morio au stade nymphal

Après le mois de juillet, ces papillons ont fini leur cycle de vie et meurt. Ils vont ensuite hiverner dans leur chrysalide (stade nymphal) jusqu’au printemps suivant. Cependant, les adultes peuvent parfois être encore visibles jusqu’en août en montagne. Donc, si vous les observer après juillet, vous pouvez continuer à déposer vos données et vos photos !

Quant au carabe doré (mission N°9), le printemps correspond à sa saison de reproduction et de ponte. Les femelles pondent dans le sol où les larves se développeront durant toute la belle saison. A la fin de l’été et à l’automne, il est plus difficile à observer car les jeunes adultes fraichement émergés recherchent des abris pour passer l’hiver.

Mélibée

Le Mélibée (mission N°15), classé « Vulnérable » et le Damier du frêne (mission N°2), classé « En danger« , n’ont pas encore été observés dans le cadre de l’Observatoire.

Damier du frêne

Chaque information recueillie sur ces espèces seront donc d’une très grande importance. Pas une minute à perdre, prenez la direction de la forêt, et n’oubliez pas votre appareil photo !

3 nouvelles missions débutent aujourd’hui !

Et 3 nouvelles missions en forêt de plus à réaliser en juillet ! Le champignon Langue de bœuf, le Grand calosome et le Carabe splendide rejoignent le cercle privilégié des espèces recherchées cet été. Pourquoi ?

  •   Fistulina_hepatica_1Les données de l’INPN ne confirment actuellement la présence de la langue de bœuf que dans 5 départements, alors que les scientifiques pencheraient pour une présence de l’espèce sur tout le territoire métropolitain. De plus, il n’est pas encore possible d’établir son statut de conservation car les données sont trop peu nombreuses.
  • Calosoma_sycophanta_1La présence du Grand calosome n’est confirmée que dans 9 départements. Très présent en région méditerranéenne, on le recherche dans 8 autres régions jusqu’en novembre.

Au total, ce sont donc 19 missions auxquelles vous pouvez participer en juillet. Elles couvrent toute la France métropolitaine, découvrez celle(s) de votre région. Grâce à vous, l’INPN pourra faire un grand bond en avant !

La Lettre d’info de juin est en ligne !

Cliquez ici pour accéder à la Lettre d’info. Au sommaire du fil d’actu de l’Observatoire ce mois-ci :

Visuel_LI_n°2– 3 nouvelles missions d’inventaire en juillet ;

– L’espèce du mois : le Damier du chèvrefeuille ;

– Focus sur la région Rhône-Alpes et ses 12 missions d’inventaire ;

– Connaissez-vous Reforest’Action ?

 

Bonne lecture !

Focus : la région Rhône-Alpes

La grande variété des zones boisées de Rhône-Alpes, des forêts de feuillus de l’Ardèche aux épicéas de Savoie, en fait une région où les missions d’inventaires de l’OBF sont parmi les plus nombreuses. 12 au total !

Elles concernent les 6 groupes d’espèces : carabes, champignons, longicornes, lépidoptères, gastéropodes et amphibiens.

Mélibée (Coenonympha hero)

Les missions proposées sur ce territoire sont nombreuses, de façon à favoriser l’observation d’espèces qui n’ont jamais été vues (ou revues) depuis très longtemps. En effet, la base de données de l’INPN manque cruellement de données concernant ces espèces pour cette région.

Répartition actuelle du Mélibée

Parmi les espèces recherchées, le Mélibée est  un papillon classé en danger critique d’extinction, il semble pour le moment absent de la région. Si vous avez la chance d’en observer au détour de vos balades, votre donnée sera tout simplement historique !

D’autres espèces, comme le Polypore marginé ou le Carabe à reflets cuivrés, sont quant à eux présents en Rhône-Alpes, mais les données manquent dans 6 des 8 départements de la région. Pas une minute à perdre, prenez donc la direction des forêts Rhône-Alpienne, et n’oubliez pas votre appareil photo !