Grand capricorne

Grand capricorne © Michel Rauch/Biosphoto

Grand capricorne  Cerambyx cerdo  (Linnaeus, 1758)

Classe des Insectes / Ordre des Coléoptères / Famille des Cerambycidae

Statut de conservation UICN Europe : Quasi menacé  Visuel_NT (20x20)

Fait partie de la mission N°: 26

  • Description

L’insecte est noir et brun-rougeâtre à l’arrière. Le mâle mesure de 25 à 50 mm de long (corps) avec des antennes atteignant 80 mm. La femelle est plus petite, moins élancée et ses antennes sont plus courtes que le corps. Le Grand capricorne présente un pronotum (segment du thorax situé derrière la tête) plus étroit à l’avant qu’à l’arrière, avec de profondes rides transverses et une forte pointe conique de chaque côté. Les élytres sont rétrécis vers l’arrière, et plus fortement granuleux à l’avant.

  • Caractère biologique

Habitat : partout en France métropolitaine, dans tous les types de milieux comportant des chênes relativement âgés, en forêt ou isolés, naturels ou anthropisés. Ne colonisant que les arbres dont le tronc est ensoleillé, on le trouve souvent dans les forêts-parcs, les bocages, les arbres isolés ou en situation de lisière. Son développement larvaire est long (3 à 4 ans), il a donc besoin pour le mener à terme de forêts anciennes où l’on laisse les arbres moribonds ou morts pourrir à leur rythme naturel.

Période d’observation : de mai à août.

Alimentation : sève, au niveau des blessures fraîches des arbres, fruits mûrs ou fermentés. Les larves consomment le bois sénescent et dépérissant.

Reproduction : de début mai à mi-septembre. Les mâles se livrent entre eux à de violents combats, pouvant se solder pour l’adversaire malheureux par la perte d’une patte ou d’une antenne. Dès mi-mai, les femelles fécondées pondent dans les anfractuosités et les blessures d’arbres vieux, malades, voire morts de peuplements forestiers ou de haies (arbres solitaires et bien ensoleillés). Elles pondent principalement sur le chêne (surtout le Chêne pédonculé), parfois sur le Châtaignier et exceptionnellement sur d’autres feuillus.

  • Où est-il en forêt ?

Très souvent au crépuscule, sur le tronc de chêne, de Châtaignier (exceptionnellement sur d’autres feuillus) ou posé sur un fruit au sol. Il est attiré par les émanations des arbres blessés (complexes alcooliques).

  • Données actuelles INPN 

INPN_Grand capricornePrésence certaine sur la quasi-totalité du territoire métropolitain.

Présence probable à confirmer dans 7 départements : Lozère, Yonne, Aube, Essonne, Eure-et-Loir, Eure et Seine-Maritime.

Absence probable dans 4 départements : Ardennes, Nord, Pas-de-Calais et Côtes-d’Armor.

Logo_INPNPour en savoir plus, découvrez la fiche descriptive du Grand capricorne sur le site de l’INPN en cliquant ici.

Publicités

2 réflexions sur « Grand capricorne »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :