Archives du mot-clé gastéropodes

La forêt dont vous êtes le héros !

Dans la forêt, l’ogre et le loup se cachent, tapis dans l’ombre. C’est du moins ce que notre culture populaire laisse à penser. Accompagnant nombre de contes et de mythes, la forêt est un décor d’aventure, le fil rouge qui relie entre elles des milliers d’histoires à travers le monde. Rarement accueillants, très souvent repoussants et regorgeants en leur sein de toutes sortes de créatures mystiques et malveillantes, les bois sont fréquemment dépeints en lieu austère qui n’est propice qu’à l’épanouissement des héros de contes.

peurforet2cchristine-steyer-flickr
©Christine Steyer-Flickr

Lire la suite La forêt dont vous êtes le héros !

Des escargots sous le capot

Étymologiquement parlant, Gastéropode signifie « qui marche sur son ventre ». Mais contrairement aux rampants tels que les vers ou les serpents, les escargots marchent en réalité sur un pied, un seul et unique pied. Pas besoin de quatre roues motrices quand on peut atteindre les moindres recoins de la nature à la seule force de son pied…

escargotc-seibert_644x215

Lire la suite Des escargots sous le capot

En septembre, 24 missions d’inventaire !

Suite à cet été particulièrement chaud, le mois de septembre annonce l’arrivée des premières sensations automnales ! L’Observatoire de la Biodiversité des Forêts vous propose 24 missions d’observation, dont 2 nouveautés par rapport à août.

© Samuel Dhier / Biosphoto
© Samuel Dhier / Biosphoto

L’une d’elles rampe sur son pied en se faisant toute plate ! Pourvue d’une coquille à l’allure aplatie et solide, la soucoupe commune ou Helicigona lapicida est sans conteste un gastéropode ! Plus large que haut, ce mollusque craint la chaleur et ne sort que par temps humide. Fouillez entre les cailloux et les feuilles, et jetez un œil sur le tronc des hêtres… N’oubliez pas votre appareil photo lors de vos ballades forestière pour nous faire part de vos découvertes en participant à l’Observatoire de la Biodiversité des Forêts !

> En savoir plus sur la Soucoupe commune

> Retrouvez toutes les fiches missions du mois de septembre

>Saisissez vos données

6 premières missions en mars !

Grand calosome © Jean-Claude Carton/Biosphoto
Grand calosome © Jean-Claude Carton/Biosphoto

Le mois dernier, vous avez pu découvrir les résultats de la première saison de l’Observatoire de la Biodiversité des Forêts. Aujourd’hui, l’OBF est de retour et vous invite à participer aux 6 premières missions qui débutent dès le mois de mars !

Au programme : des papillons aux couleurs évoquant l’arrivée du printemps, le Morio, l’Aurore et Robert-le-Diable ; un important prédateur des chenilles processionnaires, le Grand calosome ; un escargot qui préfère le crépuscule nommé Petit-gris ; et un longicorne adepte de la marche, le Lamie tisserand.

Ces 6 missions couvrent l’ensemble des régions de France. Venez découvrir la ou les missions de votre région ! N’oubliez pas de photographier les espèces que vous inventoriez : ces photos sont indispensables pour que les scientifiques valident vos données. Nous comptons sur vous pour nous faire part de vos plus beaux clichés !

Vous pourrez ensuite les retrouver sur le site internet de l’Observatoire et sur la page Facebook de Noé. A vous de jouer !

> Découvrir les missions du mois de mars

Zoom sur… la Soucoupe commune

Soucoupe commune
Soucoupe commune

Dans la catégorie des noms originaux de gastéropodes, la Soucoupe commune est à coup sûr sur le podium ! Son nom commun est inspiré de la forme de sa coquille, grande et aplatie rappelant celle d’une soucoupe volante.

D’une dimension de 15mm de circonférence et 8mm d’épaisseur, la périphérie de sa coquille est fortement carénée et l’ombilic (l’orifice visible à la base de la coquille) est large. Sa couleur est gris-brun avec des taches brunes rouges.

Dans la vidéo ci-dessous, vous pourrez admirer sous tous les angles la forme si particulière de cet escargot. Jugez plutôt !

La Soucoupe commune vit jusqu’à 1700 m d’altitude. Elle affectionne les milieux humides des forêts de montagne ou de collines. Elle évite les plaines basses et les steppes ainsi que les régions à sol meuble. En revanche, elle se plaît aussi bien sur des substrats calcaires que non calcaires.

Soucoupe commune
Soucoupe commune

Pour trouver la Soucoupe commune, regardez sur les troncs (des hêtres le plus souvent) ou entre les cailloux et les feuilles. Elle ne sort qu’avec une forte humidité. Si vous tentez de l’observer par temps sec, retournez le bois mort ou les pierres, fouillez la litière pour trouver des individus cachés ou des coquilles vides. Mais n’oubliez pas de tout remettre en place : dans les micro-écosystèmes forestiers grouillent escargots et limaces, mais aussi coléoptères, grillons, araignées, cloportes, mille-pattes et autres petites bestioles.

Répartition actuelle de la Soucoupe commune
Répartition actuelle de la Soucoupe commune

Sa présence est probable dans le quart sud-est du pays ainsi que dans une majorité de départements du quart nord-est. Dans le centre et l’ouest du territoire, la Soucoupe commune serait présente en Charente, ainsi que dans le Lot, la Vienne, le Puy-de-Dôme, l’Allier et le Cher.

Partez à la rencontre de la Soucoupe commune avec l’Observatoire de la Biodiversité des Forêts et participez à la mission n°21 ! Inventoriez-la et photographiez-la dans les régions Ile-de-France, Pays de la Loire, Poitou-Charentes, Midi-Pyrénées ainsi que dans les départements Manche, Calvados, Ardennes, Marne, Aube, Vosges, Haut-Rhin, Territoire de Belfort, Haute-Saône, Eure-et-Loir, Indre-et-Loire, Nièvre, Saône-et-Loire, Loire, Rhône, Cantal, Lozère et Pyrénées-Orientales.

Les données que vous récolterez permettront d’améliorer la connaissance sur la répartition de cette espèce dans ces départements.