Les ripisylves, un patrimoine à préserver !

Les ripisylves, du latin ripa « rive » et silva « forêt », dénomment l’ensemble des végétaux (herbacées, arbrisseaux, arbustes, lianes et arbres) qui se développent au bord des cours d’eau. Autrefois entretenues, elles constituaient une source conséquente de bois de chauffage et de nourriture pour le bétail. De nos jours, les berges souffrent du manque d’entretien ou à l’inverse de leur aménagement excessif.

Le Doubs et le canal du Rhône au Rhin Doubs France -  - A Rang -
© Biosphoto / Dominique Delfino

Ces boisements jouent pourtant de nombreux rôles fondamentaux ! Ils limitent les crues, stabilisent les berges et la température de l’eau, et constituent un refuge offrant gîte et couvert à de nombreuses espèces animales. Ces forêts du bord de l’eau limitent aussi la dispersion des polluants vers la rivière, préservant ainsi la biodiversité aquatique ! Les arbres qui constituent les meilleures ripisylves stabilisent les berges grâce à un système racinaire profond. Les essences locales sont à favoriser, tels que Aulne, Saule ou Frêne. Les racines de l’Aulne peuvent ainsi participer au maintien de 5 mètres de largeur de berges. Attention à la renouée du Japon, à l’arbre à papillons et aux peupliers (hormis le Peuplier Noir), qui ne sont pas adaptés au bord des cours d’eau ! L’entretien des ripisylves présente donc un grand intérêt pour la préservation de la qualité du milieu et favorise la biodiversité ! N’hésitez pas ainsi à signaler la présence d’espèces envahissantes sur les berges à votre commune.

> En savoir plus sur la Renouée du Japon avec les Jardins de Noé

Advertisements