Tous les articles par Noé

La forêt, un écosystème en constante adaptation

Dans la forêt, les arbres sont source de nutriments, d’énergie et de confort pour les espèces y habitant. Ce sont eux qui forment la principale structure de l’écosystème, et qui font le lien entre les organismes et la terre qu’ils occupent. Intimement liés à leur lieu d’implantation, ils ne sont pas capables de se déplacer. Pour prospérer et survivre, ils doivent vivre en harmonie avec leur environnement, et ses aléas.

La forêt contre les intempéries

Pour maintenir et protéger l’écosystème forestier, la forêt doit être capable de s’adapter aux variations de son environnement. Elle doit donc résister à son climat et ses imprévus. Voilà quelques exemples de pressions que peuvent connaître les forêts, et de comment elles y font face.

Les tempêtes peuvent déraciner ou briser des arbres par leurs vents forts, pouvant atteindre 100 km/h. Certains arbres comme le chêne ou le mélèze sont plus résistants que d’autres, l’épicéa, le pin sylvestre ou le hêtre. Les forêts sujettes aux vents forts n’ont donc pas la même composition que les autres. La tempête Klaus de janvier 2009 a ravagé plus de 60% de la forêt des Landes de Gascogne, qui se remettait encore de la tempête Martin de 1999. Cette forêt est principalement composée de pins maritimes (Pinus pinaster) qui ont été sectionnés et déracinés, et de quelques chênes qui ont été dessouchés.

Forêt landaise dévastée par la tempête Klaus France ; Quelques jours après la tempête 
© Hugues de Cherisey / Biosphoto

La sècheresse durable est dangereuse. Les racines des arbres puisent l’eau profondément dans le sol. S’il est déshydraté, leur croissance est plus lente et ils perdent une partie de leur feuillage, pour limiter la consommation et l’évaporation d’eau. Si la forêt n’est pas adaptée, la pénurie d’eau peut être destructrice. Les herbes sèchent et sont plus sujettes aux incendies, qui vont fragiliser les arbres qui peinent déjà à survivre.

Les pluies acides changent la composition des sols. Elles sont issues de la suspension de polluants dans l’air, rapportés au sol par l’eau. Ces polluants proviennent naturellement des éruptions volcaniques, mais sont principalement rejetés par l’industrie de nos jours, conséquences du chauffage, des usines, et de la circulation automobile. L’augmentation de l’acidité du sol est dangereuse pour les invertébrés qui l’habitent, ce qui provoque un déséquilibre dans le cycle de nutriments de la forêt. Le sol s’en retrouve appauvri et les arbres en pâtissent : défoliation des feuillus, lésions pour les conifères. Les eaux acides provoquent des blessures aux feuilles, qui laissent apparaître des traces de brulure. Ces pluies rejoignent ensuite les cours d’eau, faisant fuir les poissons des rivières et ruisseaux. Les mammifères et oiseaux de la forêt sont indirectement touchés car la nourriture est plus rare et potentiellement polluée, porteuse de maladies.

Aiguilles de pin endommagées par les pluies acides en France © Bruno Pambour / Biosphoto
Une adaptation nécessaire

Étant obligée de subir ces intempéries, la forêt doit s’adapter pour survivre et se reconstruire. Elle se régénère toute seule et s’étend progressivement sur les sols non boisés. En fonction des milieux et de leurs contraintes, elle adapte sa végétation et sa population : les espèces les moins adaptées vont laisser leur place aux plus résistantes. Les paramètres déterminants sont l’humidité, la composition des sols, l’exposition au soleil au fil des saisons, les températures, et les imprévus. La synthèse de toutes ces variables définit la composition des forêts en fonction des régions et des climats. Voici quelques exemples :

La forêt méditerranéenne est adaptée à un climat chaud et sec. L’eau est rare, puisée en profondeur. Les feuilles des végétaux sont recouvertes de cire pour limiter son évaporation. Les feuilles des persistants photosynthétisent en hiver, saison humide plus clémente et plus pluvieuse. On retrouve le chêne vert, le chêne pubescent, le chêne-liège et des pins, notamment le pin-parasol. Ces forêts sont composées de nombreux arbustes issus des sols appauvris par les fortes exploitations et les incendies, très fréquents dans cette région. Les feux de forêts sont principalement d’origine humaine, mais se répandent très facilement à cause de la composition des forêts et de la sècheresse générale. 

Paysage de forêt brulée en repousse au printemps, Collines des environs de Hyères, Var, France
© André Simon / Biosphoto

En montagne, la forêt ne pousse pas partout de la même manière : le gain d’altitude induit un changement de température, de composition d’air et d’humidité. Depuis la vallée, des populations se succèdent : hêtre, sapin et pin sylvestre laissent progressivement leur place au mélèze, au pin cembro et au pin à crochets. Dans les hauteurs, plus rien ne pousse, on parle de limite de végétation.

Les hivers montagnards étant très rudes, les arbres sont capables de se préparer aux températures glaciales en une dizaine de jours. Leurs cellules diminuent leur teneur en eau pour éviter le gel, et s’entourent d’une paroi glacée. Une vague de froid soudaine peut les prendre au dépourvu. Un gel précoce en automne 1998 a fragilisé la forêt des Ardennes. Les troncs d’arbres, non préparés au froid, ont subi des lésions : le gel a traversé l’écorce et a provoqué la mort de nombreuses cellules. D’autres organismes ont profité de ces points faibles : dans les années 2000, les arbres se sont retrouvés envahis de champignons se nourrissant du bois et provoquant leur décomposition. De nombreux insectes xylophages, consommateurs de bois, ont également été attirés par les ouvertures de l’écorce.

Forêt mixte en automne Vallée de la Wormsa Vosges France © Berndt Fischer / Biosphoto
Mont Aiguille en automne Vercors France 
© Antoine Boureau / Biosphoto

La forêt tropicale possède un climat idéal à la prolifération des organismes : humidité constante et température stable, entre 25 et 30 °C. Les espèces ont pu évoluer sans trop de contraintes et sans la pression de la sélection naturelle. De ce fait, elles sont très nombreuses et variées, en compétition constante pour l’espace et les ressources.

La forêt des plaines et des collines couvre 60% du territoire français, elle est adaptée au climat tempéré. Elle est entretenue par les forestiers pour produire du bois tout en surveillant la santé des arbres et en protégeant les espèces qu’elle abrite. Les forêts domaniales sont régulièrement nettoyées pour permettre le passage de visiteurs.

Sous-bois de forêt tempérée en automne
Champagne France ; Réserve biologique intégrale de la forêt domaniale d’Auberive
© Franck Fouquet / Biosphoto

La France possède une variation de climat notable sur l’ensemble de son territoire, et regroupe donc des forêts très variées. Une grande partie des espèces peut changer d’une région à l’autre. Quelques espèces sont endémiques à certaines zones, c’est-à-dire qu’elles prospèrent dans un territoire limité. D’autres sont adaptatives et peuvent être retrouvées dans des régions radicalement différentes. Lorsqu’une espèce quitte son territoire pour en envahir un autre, on parle d’espèce invasive. C’est un phénomène naturel amplifié par le dérèglement du climat. Il est donc toujours intéressant de garder l’œil ouvert lors de vos balades, on peut toujours faire des observations étonnantes. L’Observatoire de la Biodiversité des Forêts vous propose des quêtes sur des espèces particulières afin de pouvoir constater leurs déplacements et leur évolution en fonction du changement climatique. Vos observations permettent aux scientifiques de surveiller les mouvements des populations.

Le réchauffement climatique provoque de grandes variations du climat en très peu de temps. Les espèces motiles peuvent se déplacer avec leurs conditions idéales de vie, mais les arbres n’en sont pas capables. Ces changements brusques de température et d’humidité mettent les arbres dans des conditions pour lesquelles ils ne sont pas adaptés, les rendant plus sujets à des pertes à grande échelle comme les incendies de plus en plus fréquents chaque été et les pénuries d’eau. 


Crédit de la photo principale : Forêt de montagne dans le massif du Ballon de Servance ; Jour de pluie et de brume © Denis Bringard / Biosphoto

Sources :

  • Sueron, C., 1997. La vie de la forêt. Collection Les hommes et la nature, Éditions Office national des forêts. 47p.
  • Pluie acide, Tempête Klaus, Forêt des Landes, , Wikipédia France

Les quêtes automnales sont de retour !

Les saisons changent et les missions aussi ! Cette année, nous rouvrons les deux quêtes automnales de l’année dernière : la Langue de boeuf et la Salamandre tachetée.

La Langue de boeuf (Fistulina hepatica)

Le chapeau de la Langue de boeuf est épais et peut mesurer jusqu’à 25 cm de diamètre. Il est d’une couleur rouge sombre. La Langue de boeuf peut être trouvée sur les vieux chênes et châtaigniers. Elle a une texture molle, le dessus brillant pouvant parfois sécréter un liquide rouge. Sa surface inférieure est formée de petits tubes collés les uns contre les autres formant des pores. Ces tubes sont indépendants les uns des autres et peuvent être écartés. Les plus jeunes sont comestibles.

(En savoir plus)

Langue-de-boeuf sur un tronc de Chaîtaignier © Marcos Veiga / biosphoto

La quête sera ouverte jusqu’au 31 novembre 2022.


La Salamandre tachetée (Salamandra salamandra)

La salamandre tachetée est un amphibien discret pouvant mesurer jusqu’à 20 cm de long. Son corps est noir, recouvert de taches jaunes irrégulières. Sa peau est lisse et brillante. Elle a le museau rond et des yeux très noirs. Elle aime sortir en temps humide, et sera donc observable pendant ou suivant un épisode pluvieux.

(En savoir plus)

Salamandre tachetée sur de la mousse, Auvergne France ; Lieu : Vernet-la-Varenne

Cette quête restera ouverte pendant un an, pour mesurer l’évolution des populations au cours de l’année.

La quête du Grand Mars changeant reste ouverte jusqu’à fin septembre, celle du Sonneur à ventre jaune jusqu’à fin octobre, et celle du Morio jusqu’à fin novembre. Celles du Polypore soufré et de l’Élégante striée restent disponible jusqu’à la fin de l’hiver.

Pour rappel, les observations sont recensées grâce à l’application INPN espèces, dont voici le guide d’utilisation.

Nous vous souhaitons à toutes et à tous de très belles observations !


Crédit de la photographie d’en-tête : Cerf élaphe (Cervus elaphus) debout derrière un arbre © Frédéric Desmette / Biosphoto

A la recherche du Grand Mars changeant

Photo d’en-tête : Grand Mars changeant © Marc Solari / forum Papillons et jardin

Cet été, nous vous faisons partir dans le cadre de nos quêtes estivales à la chasse à l’empereur pourpre, comme nos amis anglophones l’appellent, ce papillon impressionnant de par sa taille et ses reflets bleu profond.

Une allure d’un bleu royal

L’imago du Grand Mars changeant (Apatura iris) est caractérisé par ses grandes ailes noires aux reflets bleu-violet irisés. Cette couleur est obtenue chez les mâles grâce à la forme de leurs écailles, qui diffractent la lumière du Soleil pour donner cet aspect métallique.

Aile du Grand Mars changeant © George Bernard / biosphoto

Sur le dessus des ailes postérieures, il est caractérisé par une grande bande blanche post-discale et un unique ocelle submarginal cerclé d’orange. Ses ailes antérieures présentent de petites taches blanches.

Il se différencie du Petit Mars changeant grâce au dessous de ses ailes, très peu marqué chez ce-dernier. Les ailes antérieures arborent plusieurs couleurs de base : le brun, l’ocre, le noir et l’argent. De petites taches blanches discales et post-discales les recouvrent accompagnées d’un grand ocelle noir avec un halo fauve pupillé de blanc. L’aile postérieure quant à elle est argentée, une bande blanche indentée avec un halo brun la traverse. Le petit ocelle du dessus de l’aile est aussi visible en dessous.

Au sommet des arbres

Le Grand Mars changeant vole de juin à août en une seule génération. Il aime les grands arbres situés autour des routes forestières, des clairières, en bord de lacs ou de rivières. Il affectionne tout particulièrement les saules dont fait partie sa plante-hôte, le saule marsault (Salix caprea). On peut également le trouver sur des peupliers et sur le saule à oreillettes (Salix aurita). Plutôt que de se nourrir de fleurs, le Grand Mars changeant préfère la sève d’arbres, les excréments d’animaux, les charognes, la sueur ou encore les fruits fermentés. Il semble attiré par les fortes odeurs, un comportement qui contraste avec son allure majestueuse.

Les mâles sont territoriaux et sont attentifs à la présence de femelles depuis le haut de leurs arbres. Ils réalisent parfois des patrouilles pour les trouver. Une femelle déjà fécondée sait très bien les éviter.

Les œufs sont pondus sur le dessus des feuilles de saule et donnent naissance à de petites chenilles vertes. Après leurs premières mues, on pourra observer des cornes sur leur tête. Lorsque l’automne arrive, la chenille conserve sa feuille en l’attachant avec des soies, pour qu’elle ne tombe pas et qu’elle puisse continuer à s’en nourrir. C’est un moyen de repérer les plantes-hôtes. Le Grand Mars changeant ne migre pas, ses chenilles hibernent au stade 2 ou 3. A ce moment-là, elles se positionnent sur une branche de saule et attendent la fin de l’hiver sans protection. Elles ont alors une couleur semblable à celle de l’écorce pour se camoufler.

A l’arrivée du printemps, les chenilles se réveillent et reprennent des forces en se nourrissant des nouveaux bourgeons. Elles commencent leur nymphose sous une feuille de saule. La chrysalide est verte, similaire à la feuille, permettant un très bon camouflage. 

Chenille de Grand Mars changeant sur son saule © J. Fieber / biosphoto

Les prédateurs du Grand Mars changeant sont les mésanges, qui ciblent les chenilles, et Psilomastax pyramidalis, une guêpe parasitoïde qui infeste les chenilles et les tue lors de la nymphose. 

Un papillon plus commun qu’on pourrait le croire

L’espèce est assez étendue, présente de l’Europe à l’Asie, jusqu’au Japon, en évitant la Méditerranée. Elle est en revanche menacée par la fragmentation de son habitat et la culture industrielle de peupliers, moins robustes. La coupe de ces arbres empêche à cette espèce territoriale de prospérer.

Ce papillon est répertorié en liste rouge dans quelques régions de France sous préoccupation mineure, il est notamment presque menacé en Picardie, dans le Poitou-Charentes et en Occitanie.

Répartition actuelle en France métropolitaine / Fiche de Apatura iris / INPN 

Vivant au sommet de grands arbres, les populations sont souvent très sous-estimées, il est difficile à observer et donc à surveiller. Vos observations seraient d’une grande aide pour leur protection.

Sources :
  • MNHN & OFB [Ed]. 2003-2022. Fiche de Apatura iris (Linnaeus, 1758). Inventaire national du patrimoine naturel (INPN). Site web : https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/53786 – Le 20 juillet 2022
  • Grand Mars changeant. Wikipedia France, Le 15 juillet 2022
  • Dozières, A. et al., 2017. Papillons des jardins, des prairies et des champs. Guide de terrain pour les Observatoires de sciences participatives. 141p.
  • Lafranchis, T. et al., 2015. La vie des papillons. Éditions Diatheo. 751p.
  • Lafranchis, T., 2000. Les Papillons de jour de France,Belgique et Luxembourg et leurs chenilles. Collection Parthénope, éditions Biotope, Mèze (France). 448p.

La Bacchante, papillon d’été

Cet été, lors de vos promenades forestières, ouvrez l’œil : peut-être aurez-vous la chance d’apercevoir une Bacchante ! Ce joli papillon marron, en fort déclin depuis le XXe siècle est à rechercher dans le cadre d’une des deux quêtes estivales de notre Observatoire de la Biodiversité des Forêts, disponibles sur l’application smartphone INPN Espèces. N’hésitez donc pas à le prendre en photo et à nous transmettre vos observations !

Des ocelles caractéristiques

D’une envergure moyenne de 5 à 6cm, la Bacchante est un papillon de couleur gris-brun sombre, possédant des motifs caractéristiques sur les deux faces de ses ailes. Le dessus a une série de grands ocelles submarginaux gris sombre cerclés de jaune, tandis que le dessous présente des ocelles noirs pupillés de blanc et cerclés de jaune et de noir. Ils sont inclus dans une large bande blanche, elle-même bordée à l’extérieur par deux étroites bandes jaune ocre.

Dessus et dessous de la Bacchante © Ingeborg van Leeuwen / Flickr, Michel Rauch / Biosphoto

Prenez garde toutefois, une observation rapide peut amener à le confondre avec d’autres espèces !

En vol, il pourra être confondu avec le Myrtil (Maniola jurtina) ou avec le Tristan (Aphantopus hyperantus). Le Myrtil a lui aussi un aspect brun, bien que les femelles soient plus orangées, mais ne présente pas de séries d’ocelles sur le dessous ni sur le dessus.

Myrtil © André Simon / Biosphoto

Le Tristan, comme le Myrtil, ne possède pas de bande claire sur le revers des ailes postérieures, et les ocelles du dessus de ses ailes sont plus petits que ceux de la Bacchante.

Dessous et dessus du Tristan  © Frédéric Desmette, Matt Cole / FLPA – Frank Lane Picture Agency / Biosphoto

La Bacchante peut aussi être confondue avec les espèces du genre Coenonympha (genre auquel appartiennent les Fadets), dont certaines présentent une série d’ocelles et une bande claire sur le revers des ailes. Pour les distinguer, prêtez attention à la couleur du papillon : les Coenonympha ont la plupart du temps des teintes orangées tandis que la Bacchante est brune. De plus, le revers de l’aile antérieure des Coenonympha présente souvent un seul ocelle ou pas d’ocelle, tandis que la Bacchante a une série d’ocelles en bordure de cette aile.

Fadet des garrigues (Coenonympha dorus) © Michel Rauch / Biosphoto

Une période de vol estivale

La Bacchante vole de juin (parfois mi-mai) à fin juillet en une seule génération. Le papillon vit environ deux semaines. Il vole peu et se pose souvent dans le feuillage bas. Il apprécie la sève qui s’écoule des blessures des arbres mais aussi les excréments d’animaux et vient boire autour des flaques d’eau. À l’occasion, il butine également des fleurs de ronce ou de cerfeuil sauvage. Après l’accouplement, la femelle lâche une quarantaine d’œuf un à un, au rythme d’une dizaine par jour. Les œufs, de couleur verte ou blanchâtre, incubent en dix à douze jours. La chenille se nourrit de diverses Poacées (principalement des Brachypodes et des Molinies) et de Laîches. Elle grandit lentement de juillet à octobre, puis hiverne dans la litière jusqu’au printemps, où elle reprend une croissance plus rapide pour se nymphoser en mai. La chrysalide est suspendue dans la végétation basse et le papillon adulte en émergera deux à trois semaines plus tard.

Chenille de Bacchante © Wolfgang Wagner, http://www.pyrgus.de

Une espèce menacée

La Bacchante est présente du nord de l’Espagne au Japon, en passant par l’Europe centrale, la Russie et la Sibérie.

En France, il s’agit de l’un des papillons qui s’est le plus raréfié au cours du XXe siècle ; elle est d’ailleurs classée quasi menacée dans la Liste rouge des papillons de jour de France métropolitaine.

Ainsi, elle est très localisée mais parfois abondante dans l’Est (Bourgogne, Jura, Préalpes du nord). Elle a disparu de la région Ile de France, où elle était encore commune au XIXe siècle, ainsi que de Normandie, d’Auvergne et de pratiquement tout l’Ouest et le Centre. Elle vit le plus souvent en petites populations isolées, très dispersées dans la moitié sud. À noter également, la Bacchante est protégée sur l’ensemble du territoire métropolitain !

Répartition actuelle de la Bacchante en France métropolitaine © Pascal Dupont, 2018 / INPN

Son déclin est fortement lié à la disparition de son habitat. En effet, elle fréquente les lisières, clairières et bois clairs à strates herbacée et arbustive développées et diversifiées, jusqu’à 1100m d’altitude. La Bacchante a besoin de lumière, de chaleur, d’une bonne richesse en herbacées mais aussi d’un couvert arborescent lâche.

Ainsi, l’abandon des pratiques comme le pâturage extensif des bois clairs ou le traitement en taillis sous futaie lui est fortement préjudiciable car les buissons envahissent les clairières, entraînant la disparition des plantes et animaux forestiers dépendants de la lumière et de la chaleur. La Bacchante est également impactée par le goudronnage des chemins forestiers, la fauche inadaptée des lisières, la destruction des linéaires de haies…

Il est à noter que ce papillon se déplace peu, rarement plus de 100m, et les échanges entre populations sont limités si elles sont éloignées de plus de 700m. Ainsi, il est particulièrement impacté par la fragmentation des habitats, qui rompt les échanges entre les populations. Les grandes cultures, par exemple, sont pour lui un obstacle difficilement franchissable.

Ainsi, pour aider à la conservation de la Bacchante, il est nécessaire d’entretenir les sous-bois en maintenant une ouverture suffisante. Les stations identifiées doivent être maintenues, mais il faut également porter une attention particulière aux corridors permettant les échanges d’individus entre populations. Pour en apprendre plus sur les corridors écologiques, leurs intérêts et connaître des gestes simples à mettre en place chez soi pour y contribuer, nous vous invitons à découvrir cet article.

Sources :

Jacquot P., 2012. Les papillons menacés en Franche-Comté. Bacchante Lopinga achine (Scopoli, 1763). Union européenne, Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement de Franche-Comté, Conseil régional de Franche-Comté. 2 p.

Lafranchis, T., 2000. Les papillons de jour de France, Belgique et Luxembourg et leurs chenilles. Collection Parthénope, éditions Biotope, Mèze (France). 448p.

Lafranchis, T. et al., 2015. La vie des papillons. Écologie, Biologie et Comportement des Rhopalocères de France. Éditions Diatheo. 751 pages. Ryelandt J., 2016. Fiche technique d’aide à la gestion et à l’entretien des biotopes de la bacchante Lopinga achine (Scolopi, 1763). CBNFC-ORI. 8 p.

Ryelandt J., 2016. Fiche technique d’aide à la gestion et à l’entretien des biotopes de la bacchante Lopinga achine (Scolopi, 1763). CBNFC-ORI. 8 p.

Les missions estivales sont lancées !

Cela commence à devenir un rituel : qui dit nouvelle saison dit nouvelles « Missions forêt ». Et cet été, c’est à la recherche de deux papillons que nous vous proposons de partir !

La Bacchante (Lopinga achine)

Mesurant 5 à 6cm d’envergure, elle se reconnait à sa couleur brune et ses taches noirâtres cerclées de jaune sur le dessus des ailes. Le dessous des ailes est caractéristique, bordé par une large bande blanche et une série d’ocelles noirs pupillés de blanc et cerclés de jaune. Vous pourrez trouver ce papillon le long des chemins forestiers, des lisières et des clairières. Pour plus d’informations, rendez-vous sur la fiche dédiée.

Bacchante © Thomas Marent / Minden Pictures / Biosphoto

La Bacchante vole jusqu’à fin juillet mais la quête est ouverte jusqu’à fin août afin de détecter d’éventuels changements, notamment en lien avec le changement climatique.

Le Grand Mars changeant (Apatura iris)

Ce grand papillon, d’une envergure de 7 à 8cm, se caractérise par la couleur brun-noir du dessus de ses ailes, avec des reflets bleu foncé chez le mâle. Vous pourrez l’observer dans les allées boisées et autres orées et clairières forestières, si vous avez de la chance ! En effet, le Grand Mars changeant passe le plus clair de son temps au niveau de la canopée et n’en descend que pour boire. Ses effectifs sont donc souvent sous-estimés alors ouvrez bien l’œil ! Pour plus d’informations sur cette espèce, rendez-vous sur la fiche dédiée.

Grand Mars changeant © Michel Rauch / Biosphoto

Le Grand Mars changeant vole de mi-juin à mi-août mais la quête est ouverte jusqu’à fin septembre afin de détecter d’éventuels changements, notamment en lien avec le changement climatique.

Les quatre missions lancées au printemps (Polypore soufré, Élégante striée, Morio et Sonneur à ventre jaune) sont également toujours accessibles. Vous pourrez donc profiter de vos promenades forestières estivales pour rechercher et photographier six espèces au total !

Toute la marche à suivre pour participer est détaillée sur cette page.

Nous espérons vous voir nombreux à participer et vous souhaitons de belles observations !

Un champignon sans pied qui sent le poulet : c’est le Polypore soufré !

Un champignon sans pied

Le Polypore soufré (Laetiporus sulphureus) est un champignon assez particulier : il pousse directement sur les arbres, vivants ou morts. En effet, il n’a pas de pied, seulement une base épaisse nommée « chapeau », située dans le prolongement du sporophore, la partie aérienne des champignons, et sur lequel vient s’imbriquer plusieurs individus. Ce chapeau est d’abord en forme de tubercule puis devient un peu plus irrégulier et bosselé avec une marge plutôt arrondie et ondulée. Il est de couleur jaune à orange, parfois blanchâtre au-dessus et jaune citron ou jaune soufré en dessous. Il est constitué de plusieurs couches successives et d’une multitude de petits tubes. 

Le Polypore soufré mesure de 10 à 60cm de large, de 10 à 30cm de profondeur et de 1 à 5cm d’épaisseur environ. 

Le bois mort comme met préféré

Présent du printemps à l’automne, le Polypore soufré pousse en plaine et aime les zones humides aux températures assez basses. Il n’est également pas rare de le voir après d’importants épisodes pluvieux qui amènent une certaine humidité qu’il apprécie tout particulièrement. 

C’est un champignon très abondant qui se rencontre notamment dans les forêts de feuillus comme les chênes, les châtaigniers, les peupliers, les robiniers voire parfois les pruniers et les platanes, et plus rarement les conifères. On peut le rencontrer sur des arbres vivants où il peut recouvrir un tronc entier, mais ils apprécient particulièrement les arbres morts en décompositions. C’est un champignon saprophyte : il se nourrit de substances mortes en détournant les substances nécessaires à son développement au détriment de l’arbre. En se nourrissant de cette matière organique en décomposition, il sécrète un liquide jaunâtre à brun qui va se répandre sur d’autres arbres, vivants ou morts. 

De ce fait, il est parfois considéré comme un champignon parasite : il s’incruste dans les plaies de l’écorce de ses hôtes qu’il achève sur plusieurs années. Essentiel sur des troncs abattus, des souches et branches diverses, il a donc un rôle écologique assez important dans la décomposition des végétaux notamment des arbres. 

Le poulet des bois 

Comestible, il se consomme uniquement quand il est jeune car en vieillissant, il s’effrite et devient trop coriace. Sa chair est assez molle et a une forte odeur de poulet et de champignon de Paris à son stade juvénile. Nos amis anglo-saxons l’ont même surnommé « chicken of the wood », le poulet des bois. En effet, d’aspect, de texture et même de goût, sa chair ressemble à celle du poulet. Attention car mangé cru, il peut provoquer des effets secondaires chez certaines personnes (maux de ventre, vertiges…).

 

Son cousin géant

Âgé ou desséché, on peut facilement le confondre avec son cousin le Polypore géant (Meripilus giganteus). Mais chez ce dernier, également comestible, le chapeau est ocre et de forme plus arrondie mais surtout il noircit avec l’âge. 

Si vous rencontrez un Polypore soufré lors de vos balades en forêt, n’hésitez pas à partager vos observations grâce aux Missions forêt de Noé ! Voici un lien pour vous rappeler comment participer à ces quêtes et un tutoriel vidéo pour savoir comment ajouter vos observations via l’application INPN Espèces. Alors bonnes recherches et bonnes observations à tous !