Tous les articles par Noé

Le Sonneur à ventre jaune

Le sonneur à ventre jaune (Bombina variegata en latin) est un petit amphibien mesurant entre 3 et 6 cm de longueur. Il peut être difficile à détecter car son dos est brun voir grisé, ce qui lui fournit un camouflage parfait. En revanche, son ventre jaune tacheté de noir permet de le reconnaitre facilement, et lui sert à avertir les prédateurs de sa toxicité. Chaque individu présente un pattern de taches qui lui est propre, permettant ainsi de les distinguer les uns des autres ! Un autre critère permettant son identification est la forme de ses pupilles, s’approchant d’un cœur.

BIOS-1756094
Notez les pupilles en forme de cœur ! © Bernd Rohrschneider / FLPA – Frank Lane Picture Agency / Biosphoto

On le trouve principalement en plaine ou en moyenne montagne. Vous pourrez l’apercevoir dans des petits points d’eau, comme des ornières, des mares ou des fossés, en forêt, prairie ou bocage. Il se reproduit en effet dans des eaux stagnantes de faible profondeur bénéficiant d’un bon ensoleillement. Ces milieux étant sujets à l’assèchement, il est important d’avoir de multiples points d’eaux à proximité les uns des autres. En hiver, il retrouve un habitat terrestre et s’abrite du gel sous des pierres, des souches ou dans l’humus.

BIOS-1948897
Chaque individu présente un pattern de taches qui lui est propre © Bruno Mathieu / Biosphoto

La période de reproduction s’étale entre mai et juillet. Les mâles chantent pour attirer les femelles et délimitent leur territoire en créant des ondes à la surface de l’eau avec leurs pattes arrière. Les femelles peuvent pondre plusieurs fois dans l’été après un seul accouplement : il s’agit d’une ponte fractionnée. Les œufs sont attachés aux plantes aquatiques ou aux brindilles immergées. Une semaine après, l’éclosion a lieu et les têtards se métamorphoseront un à quatre mois plus tard.

BIOS-2066295
Ponte de Sonneur à ventre jaune © Jean-François Noblet / Biosphoto

En France, le Sonneur à ventre jaune est présent principalement dans le Nord-Est et plus rarement dans le Sud-Ouest. Sa population est en régression et il est classé vulnérable dans la liste rouge des amphibiens de France métropolitaine (2015). Participez à la récolte de données sur la répartition de cette espèce avec la mission n°4 de l’Observatoire de la Biodiversité des Forêts !

Sources :

Publicités

« Notre avenir s’appelle forêt » : rapport sur la forêt française par Reforest’Action

Partenaire de l’Observatoire de la Biodiversité des Forêts, Reforest’Action est une entreprise à vocation sociale qui permet à chacun d’agir concrètement en faveur de la reforestation. Depuis 2010, elle a planté plus de 2,5 millions d’arbres. Cet automne, Reforest’Action sort un rapport sur la forêt française afin de présenter une réponse aux enjeux écologiques, économiques et sociaux auxquels la forêt doit faire face.

Lire la suite « Notre avenir s’appelle forêt » : rapport sur la forêt française par Reforest’Action

Cet automne, participez aux missions champignons de l’Observatoire de la Biodiversité des Forêts !

Si on connaît surtout les champignons que l’on retrouve dans notre assiette, comme les cèpes ou les girolles, la forêt regorge d’espèces mystérieuses, visibles ou invisibles. En France (Métropole et Outre-mer), 9665 espèces de champignons à chapeau et 4400 espèces de lichens sont inventoriées*. Le groupe taxonomique de la fonge ou Fungi (champignons et lichens) est un groupe particulièrement riche mais méconnu. L’INPN manque de données pour certaines des espèces qui le constituent. La présence ou l’absence de ces champignons est donc à confirmer dans de nombreuses régions de France. De septembre à février, Noé vous propose de participer à 10 missions d’observation de champignons à travers le programme « Observatoire de la Biodiversité des Forêts ».

Lire la suite Cet automne, participez aux missions champignons de l’Observatoire de la Biodiversité des Forêts !

Apprendre à reconnaître les gastéropodes grâce à la clé d’identification des escargots et limaces

Ils aiment sortir par temps de pluie ou lorsque l’atmosphère est humide, comme le matin avant que la rosée ne s’évapore, les escargots et limaces peuplent jardins et forêts.

Mais il n’est pas toujours facile de reconnaître les différentes espèces, d’autant plus que la couleur de la coquille peut être très variable chez les escargots, et ne constitue donc pas un critère d’identification. En effet, leur couleur dépend souvent du substrat sur lequel ils évoluent et de leur alimentation.

Elaborée par VigieNature, la clé d’identification de l’Opération Escargots a pour objectif de vous aider à identifier les espèces d’escargots et de limaces suivies dans le cadre du protocole.

Lire la suite Apprendre à reconnaître les gastéropodes grâce à la clé d’identification des escargots et limaces

Le Morio, l’amateur des forêts

Le Morio est un grand papillon qui affectionne particulièrement les milieux humides et qui possède une longévité remarquable : il peut vivre jusqu’à 11 mois, ce qui est plutôt rare pour ces insectes. Son nom latin, Nymphalis antiopa – de nymphe, les divinités associées à la nature, et Antiope, personnage mythologique d’une grande élégance – évoque la beauté de ce papillon. Il appartient à la famille des Nymphalidae, très grande famille de papillons de jour dans laquelle on retrouve également la Petite-Tortue ou le Paon-du-jour.

Lire la suite Le Morio, l’amateur des forêts