Archives pour la catégorie Des outils

Une explosion de biodiversité dans les volcans d’Auvergne

Créés depuis la fin des années soixante, les Parcs Naturels Régionaux (PNR) de France sont aujourd’hui au nombre de 56. Fondé en 1977, le PNR des Volcans d’Auvergne se démarque des autres Parcs par la présence de volcans répartis sur l’ensemble de son territoire. En effet, situé dans le Massif central et à cheval sur les départements du Puy-de-Dôme et du Cantal, il englobe tous les volcans d’Auvergne, d‘où son nom. C’est l’un des plus anciens Parcs, mais c’est également le plus vaste de France métropolitaine. Il s’étend sur 120km du nord au sud, et couvre une superficie d’environ 395 000 hectares. Nous vous emmenons à la découverte de ce Parc, dans lequel vous pourrez partir à la recherche des espèces de l’Observatoire de la Biodiversité des Forêts !

Chaîne des Puys4 BIOS-1577230 copie
© Puy de Côme (premier plan) et Puy de Dôme (en arrière-plan), dans la Chaîne des Puys – Paul-André Coumes

La diversité de paysages du Parc

Le Parc est caractérisé par cinq régions naturelles. Il y a quatre massifs volcaniques : la Chaîne des Puys (appelée aussi Monts Dômes), les Monts Dore, le Cézallier et les Monts du Cantal. A cela s’ajoute le plateau granitique de l’Artense. Avec ces différentes régions, le PNR des Volcans d’Auvergne présente aussi des altitudes variées, puisqu’il se situe entre 400 et 1 886m (Puy de Sancy) d’altitude.

Les volcans nous offrent une diversité de paysages contrastés : ils ont une forme de dôme ou de cône comme dans la Chaîne des Puys, tandis que les Monts Dore ont un profil de crêtes, et que d’autres encore présentent un cratère d’explosion, appelé maar, qui peut être occupé par un lac. L’omniprésence de l’eau sur tout le Parc permet également d’observer des gorges, des cascades, des rivières à eaux vives ou encore des lacs naturels. Dans tous ces paysages, on retrouve de multiples milieux, allant des prairies aux landes d’altitude, en passant par les forêts, les zones humides comme les tourbières, les lacs ainsi que les falaises et autres escarpements rocheux.

Lac-Pavin-Philippe-Tournebise_paysage480
© Lac Pavin, dans les Monts Dore en Auvergne – Philippe Tournebise

La biodiversité remarquable du Parc

Toute cette diversité de milieux est à l’origine d’une grande richesse en biodiversité. Ces paysages volcaniques aux aspects de montagnes accueillent ainsi des espèces montagnardes : parmi elles, on trouve des chamois, des marmottes, mais aussi des papillons comme l’Apollon, qui est emblématique des montagnes. Une sous-espèce de ce papillon, endémique d’Auvergne, y vit également : l’Apollon arverne (Parnassius apollo arvernensis). Les escarpements rocheux et falaises sont aussi appréciés par la Jasione d’Auvergne, une plante endémique des Monts Dore, le Faucon pèlerin ou encore le Tichodrome échelette, un oiseau aux ailes parées de rouge.

Jasione BIOS-1987579 copie
© Jasione d’Auvergne – Hervé Chellé

Les forêts du Parc, en altitude, sont composées principalement d’essences montagnardes naturelles comme le hêtre ou le sapin pectiné. On trouve aussi quelques essences introduites (épicéa commun, douglas, mélèze) tandis qu’en dessous de 1100m d’altitude, les essences sont plus variées. Ces forêts abritent de nombreuses espèces végétales et animales, dont notamment le houx et la Chouette de Tengmalm, qui est une espèce protégée. Les prairies regorgent de plantes dont la Gentiane jaune et l’Anémone pulsatile, et la présence de la Pie-grièche grise est un indicateur de la qualité de ces prairies. Dans les eaux des lacs, il est possible de rencontrer l’Omble chevalier ou l’Écrevisse à pieds blancs, considérée comme espèce bio-indicatrice. Quant aux tourbières, où poussent sphaignes, droséras et Ligulaire de Sibérie, elles présentent une faune caractéristique de ce milieu : des libellules comme la Leucorrhine douteuse ou l’Agrion à lunules, espèce très rare en France, y côtoient des papillons tels le Cuivré de la Bistorte ou l’Azuré des Mouillères, espèce rare et menacée. Enfin, les animaux d’élevage du Parc, de races locales, pâturent sur les pelouses : vaches Salers et Ferrandaises, brebis Rava, chèvres du Massif central ou encore chevaux d’Auvergne.

Chouette de Tengmalm BIOS-1009162 copie
© Chouette de Tengmalm – Jean-Philippe Delobelle

Le Parc des Volcans d’Auvergne regorge donc d’espèces végétales et animales, dont beaucoup sont typiques de son territoire et des milieux montagnards. Mais on peut aussi y trouver nombre d’espèces plus communes, comme l’Aurore ou l’Escargot de Bourgogne par exemples ! Une balade dans les forêts du Parc est donc aussi une occasion pour participer à l’Observatoire de la Biodiversité des Forêts et partir à la recherche des espèces ciblées par ce programme.

Les actions du PNR

Les Parcs Naturels Régionaux ont pour vocation de préserver et valoriser les patrimoines naturels, paysagers et culturels d’un territoire. Pour le PNR des Volcans d’Auvergne, l’objectif de la charte du Parc de 2013-2025, par les actions menées par le Syndicat mixte du Parc, est de « vivre ensemble, consommer, se déplacer et habiter autrement ».

Un des principaux enjeux du Parc est de préserver la qualité et la diversité de ses milieux et espaces naturels. En effet, 60% de son territoire sont protégés ou inventoriés au titre de la protection de la nature et des paysages. Ainsi la mise en place d’une gestion coordonnée des lacs naturels et d’une gestion durable des forêts du territoire sont prévues. De plus, nombre d’espèces faunistiques et floristiques du Parc sont endémiques de ce territoire volcanique ou rares, voire menacées, aussi le Syndicat mixte du Parc réalise des actions d’études et de conservation en faveur de ces espèces. Enfin, pour que l’élevage des races locales se pérennise, le Syndicat accompagne les éleveurs pour aider au maintien d’une activité agricole et des paysages caractéristiques du Parc.

Vaches Salers4 BIOS-686533 copie
© Vache de race Salers – Claudius Thiriet

De nombreuses choses à découvrir dans le PNR…

Le Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne est une magnifique destination à découvrir au moins une fois dans sa vie ! Parmi les nombreux paysages à voir, le Puy de Dôme (site le plus connu du PNR) offre un panorama sur la Chaîne des Puys, qu’il est même possible d’admirer les pieds dans le vide, lors d’un baptême en parapente ! Un autre sommet très connu, le Puy de Sancy, offre quant à lui une vue sur les Monts Dore. Faites un tour du côté du lac de Guéry, plus haut lac d’Auvergne, promenez-vous dans les réserves naturelles nationales de Chastreix-Sancy et de la Vallée de Chaudefour, ou découvrez d’où provient l’eau Volvic… Si vous êtes intéressés par le volcanisme et ses mécanismes, ne ratez-pas Vulcania, un parc à thème qui vous en apprendra davantage sur les volcans ! Et si vous aimez le fromage, n’oubliez pas de faire un détour du côté de Saint-Nectaire, ville qui a donné son nom au fromage.

Vous trouverez de plus amples informations sur le site du Parc des Volcans d’Auvergne. Pour des idées randonnées ou des expositions, vous pouvez vous renseigner à la Maison du Parc, dans le château de Montlosier à Aydat. Pour d’autres idées de découverte du PNR, vous pouvez consulter le site d’Auvergne destination volcans ou encore le site de France-voyage.

Monts Cantal9 BIOS-2444346
© Puy Mary, dans les Monts du Cantal – Robert Valarcher

Sources :

Site du PNR des Volcans d’Auvergne

Site des Parcs Naturels Régionaux de France _ PNR des Volcans d’Auvergne

France-voyage _ Le PNR des Volcans d’Auvergne

Dans les Landes de Gascogne

Les Parcs naturels régionaux sont, en France, créés à la fin des années Soixante, faisant écho à la création des Parcs nationaux (qui eux ne concernent que des zones inhabitées par l’homme). C’est en 1967 que le Général De Gaulle signe le décret instituant les PNR. Après plusieurs années d’études et d’expertise partout en France, le parc naturel régional des Landes de Gascogne a été l’un des premiers à être créé par décret, le 16 octobre 1970. Ils sont aujourd’hui 53, sur l’Hexagone et en Outre-Mer.

Si jamais il vous prenait l’envie d’aller visiter ce PNR, la maison du parc se situe à Belin-Béliet. Vous pourrez notamment vous renseigner sur les initiatives prises par le Parc en matière de conservation et de sensibilisation à sa biodiversité.

lrimg-12
En effet, le PNR conduit, avec la population et les collectivités qui le composent, différentes missions de “préservation du patrimoine, de développement équilibré des activités économiques, de sensibilisation des publics à leur environnement en éveillant la curiosité de l’hôte et de l’habitant” (ainsi que nous pouvons le lire sur le panneau de présentation du parc naturel régional des Landes de Gascogne).

Les 51 communes du Parc, depuis les portes de Bordeaux, offrent un patrimoine riche mais néanmoins fragile. Cinq espaces constituent majoritairement le parc, traversés par la rivière Leyre.

Tout d’abord, la pinède, caractéristique de cette région, présente une diversité des sous-bois où est conservée l’ancienne lande. Elle est couverte à la fois de chênes tauzins, tapissée par la molinie et la fougère aigle dans les parties humides, ou encore la bruyère cendrée dans la lande sèche. On peut y constater la présence, plus artificielle, de pins maritimes, due à l’exploitation de l’espace par l’homme, ce qui explique les variantes du paysage que l’on peut constater sur la lande.

lrimg-11
Ce Parc présente également des lagunes, plans d’eau temporaires ou permanents de formes arrondies. Les lagunes ont généralement des dimensions plutôt modestes, que les spécialistes font remonter à l’ère glaciaire. L’eau des lagunes est liée à la résurgence de la nappe phréatique. L’acidité et la pauvreté de cette eau, ses variations de niveau et de température créent des conditions de vie extrêmes. C’est pourquoi on peut y observer des milieux si riches et des espèces remarquables, comme le Grand Cormoran ou l’Aigrette garzette.

lrimg-7
Par ailleurs, la vallée de la Leyre constitue un milieu particulier dont les couleurs sont remarquables. L’eau, qui s’écoule sur un lit de couleur rouille, serpente sous une voûte de feuillages constitués d’aulnes, de chênes et de saules. Cette forêt galerie est peuplée d’insectes, d’oiseaux et de mammifères tels que libellules, martin pêcheur, héron et ragondin que l’on peut rencontrer par exemple lors d‘une descente en canoë. Dans ces milieux exceptionnels subsistent la loutre, le vison d’Europe et la cistude.

lrimg-5
Ces espaces naturels côtoient l’habitat humain sur tout le territoire du Parc. Cet habitat traditionnel montre l’histoire co-construite entre l’homme et son environnement. En témoignent des quartiers épars qui sont toujours visibles malgré la plantation de la forêt. Là, sur l’airial, sont près des grands chênes, de petites dépendances et des maisons à ossature de bois, avec toiture à longs pans, dont les façades à l’est et quelquefois auvents. L’écomusée de Marquèze est, pour le grand public, un lieu d’éducation pour sensibiliser à cette occupation plus intense de l’ancienne lande.

Enfin, les eaux douces de la Leyre rencontrent les eaux salées du bassin d’Arcachon. Le delta saumâtre de Leyre offre un grand patchwork de différents milieux naturels, que l’on peut voir à chaque marée comme un immense puzzle de multiples pièces imbriquées, où s’alignent d’immenses étendues de roseaux ou de baccharis, accueillantes pour les oiseaux. Dans ce milieu, la Maison de la nature propose un accueil des visiteurs toute l’année.

lrimg-8
Le Parc des Landes de Gascogne offre de multiples possibilités de découverte de ce patrimoine, en encadrant différentes sorties pédestres en journée ou des “soirées chauve-souris” pour sensibiliser le grand public à la biodiversité nocturne. Plusieurs manifestations sont organisées chaque année, dont les 24h pour la Biodiversité. Proposée par les équipes du Parc, cette manifestation a pour objectif de fédérer les acteurs associatifs, professionnels et les habitants autour de la préservation de la biodiversité. Les objectifs sont simples : améliorer les connaissances à l’échelle d’une commune en 24h et inviter les habitants à découvrir le monde naturaliste en participant aux inventaires des espèces animales et végétales de leur commune !

Le PNR des Landes de Gascogne est labellisé par différents organismes, notamment comme sites Natura 2000, Espaces Naturels Sensibles, ou encore site RAMSAR.

N’attendez plus pour le découvrir !

Le Parc en quelques infos :

Nombre de communes : 51

Superficie : 336 100 hectares

Nombre d’habitants : 78 100

Villes portes : Bordeaux, Mont de Marsan

Pour en savoir plus sur le Parc : https://youtu.be/gHwVjbfKScU

Sources :

https://www.parc-landes-de-gascogne.fr/Parc-Naturel-Regional-de-Gascogne/Le-parc-en-actions
https://www.parcs-naturels-regionaux.fr/parcs-naturels-regionaux/parc-naturel-regional-des-landes-de-gascogne
https://www.parc-landes-de-gascogne.fr/Parc-Naturel-Regional-de-Gascogne/Le-parc-en-actions/Patrimoine-naturel
https://www.parc-landes-de-gascogne.fr/Parc-Naturel-Regional-de-Gascogne/Le-parc-en-actions/Culture-education-patrimoine/L-education-a-l-environnement-dans-le-Parc

 

Et pourquoi ne pas profiter de votre exploration du Parc pour participer à l’Observatoire de la Biodiversité des Forêts ? Vous êtes attendus, fiers explorateurs, pour partir à la recherche d’espèces forestières communes, plus rares, voire « En danger » ou « En danger critique d’extinction » !
OBF
Les 42 espèces que vous devez retrouver vous attendent, et autant de missions d’inventaire. Pour rappel, de nombreux outils sont disponibles : des fiches de confusion pour vous aider à différencier des espèces morphologiquement proches qui sont en libre téléchargement sur le site Internet de l’Observatoire.

De même, notre application vous accompagnera dans vos déambulations forestières : simple d’utilisation et fonctionnant même hors ligne, elle vous permettra facilement de prendre connaissance et d’inventorier les espèces qui vous entourent.

Ici, découvrir et participer à l’Observatoire : www.biodiversite-foret.fr
Mais, L’OBF, ça sert à quoi déjà ?
lrimg-19
L’Observatoire de la Biodiversité des Forêts est un outil permanent alimentant l’INPN, l’Inventaire National du Patrimoine Naturel, géré par le Muséum national d’Histoire naturelle. En France métropolitaine, l’INPN gère des données concernant plus de 4.900 espèces de plantes et plus de 36.000 espèces animales ! Les observations récoltées dans le cadre de l’OBF actualisent ou renseignent (parfois pour la toute première fois) les données de répartition des espèces. Ces données, une fois intégrées dans l’INPN, deviennent la référence nationale et sont utilisées pour orienter des décisions sur la mise en place de plan de conservation ou de gestion d’espaces. Rien que ça !

La mission de l’Observatoire de la Biodiversité des Forêts est de taille, comme le précise Laurent Poncet, directeur du Service du Patrimoine Naturel, partenaire du programme : « En termes d’inventaires biologiques, ce programme a les moyens de contribuer significativement et durablement à alimenter les bases de données de l’INPN, notamment, des espèces non décrites localement depuis plusieurs décennies » (2016).

 

Pour connaître l’INPN, c’est par ici : http://inpn.mnhn.fr

 

Ce mois-ci l’OBF vous invite à participer aux 6 premières missions qui débutent en mars !

Au programme : des papillons aux couleurs évoquant l’arrivée du printemps, le Morio, l’Aurore et Robert-le-Diable.
lrimg-2
De plus, vous pourrez vous confronter à un important prédateur des chenilles processionnaires, le Grand calosome.
lrimg-16
Par ailleurs, un escargot qui préfère le crépuscule nommé Petit-gris, sera visible, ainsi qu’un longicorne adepte de la marche, le Lamie tisserand.
lrimg-17
Ces 6 missions couvrent l’ensemble des régions de France, et se concentrent toutes sur le PNR des Landes de Gascogne.

N’oubliez pas de photographier les espèces que vous inventoriez ; ces photos sont indispensables pour que les scientifiques valident vos données. Nous comptons sur vous pour nous faire part de vos plus beaux clichés !

Apprendre à reconnaître les gastéropodes grâce à la clé d’identification des escargots et limaces

Ils aiment sortir par temps de pluie ou lorsque l’atmosphère est humide, comme le matin avant que la rosée ne s’évapore, les escargots et limaces peuplent jardins et forêts.

Mais il n’est pas toujours facile de reconnaître les différentes espèces, d’autant plus que la couleur de la coquille peut être très variable chez les escargots, et ne constitue donc pas un critère d’identification. En effet, leur couleur dépend souvent du substrat sur lequel ils évoluent et de leur alimentation.

Elaborée par VigieNature, la clé d’identification de l’Opération Escargots a pour objectif de vous aider à identifier les espèces d’escargots et de limaces suivies dans le cadre du protocole.

Lire la suite Apprendre à reconnaître les gastéropodes grâce à la clé d’identification des escargots et limaces

Observatoire de la biodiversité des forêts : la participation via l’application

Lancée à l’été 2016, l’application « Mission Forêt avec Noé » est un outil innovant développé par Noé dans le cadre de l’Observatoire de la Biodiversité des Forêts. Disponible sur Android et IOS, l’application permet de participer aux 56 missions de l’Observatoire. Différentes espèces de capricornes, reptiles et carabes en font notamment partie. Les missions sont classées par niveau (apprenti, débutant, confirmé et expert). L’utilisateur peut donc sélectionner la mission souhaitée en fonction de son niveau et de sa localisation puis enregistrer ses observations avec une ou plusieurs photographies. Toutes les données récoltées permettent d’enrichir les bases de données de l’Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN).

Près de deux ans après son lancement, Noé dresse le bilan de « Mission Forêt ».

Lire la suite Observatoire de la biodiversité des forêts : la participation via l’application

OPEN : le portail qui permet à tous de participer à l’observation de la biodiversité

Le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), la Fondation pour la Nature et l’Homme (FNH) et l’Union Nationale des Centres Permanents d’Initiatives pour l’Environnement (UNCPIE) viennent de lancer OPEN (Observatoires Participatifs des Espèces et de la Nature), un portail à destination du grand public et des initiés qui recense tous les programmes de sciences participatives en France. Ce portail s’adresse à tous les citoyens qui souhaitent s’investir dans la préservation de la biodiversité. Les programmes de sciences participatives de Noé sont évidemment présents. Découvrons ensemble ce nouvel outil né dans le cadre du projet 65 Millions d’Observateurs (65 MO).

Lire la suite OPEN : le portail qui permet à tous de participer à l’observation de la biodiversité

65 Millions d’Observateurs : Retour sur les nouveaux outils en développement

Noé était présent la semaine dernière au comité de pilotage de 65 Millions d’Observateurs (aussi connu sous le nom de 65MO), projet porté par le Museum national d’Histoire naturelle.

L’idée motrice de 65MO est de développer des outils innovants et performants au service des programmes de sciences participatives qui connaissent un fort engouement. En effet depuis 2011, la participation à ces programmes de sciences participatives a augmenté de 154%. Le développement de programmes à destination du grand public permet à chacun de prendre conscience qu’il est possible d’agir localement en faveur de l’environnement et pour la préservation de la biodiversité.

Lire la suite 65 Millions d’Observateurs : Retour sur les nouveaux outils en développement