À vos paniers, les châtaignes sont tombées !

L’automne est une saison riche en activités dans la forêt. De nombreuses espèces sortent le bout de leur nez, c’est l’occasion de varier les plaisirs lors de vos sorties !

La récolte des châtaignes

Le mois d’octobre est le mois propice à la récolte des châtaignes. Nous vous présentons rapidement le cycle de l’arbre et quelques astuces pour faciliter vos récoltes et bien préparer votre sortie.

Panier rempli de Châtaignes, récolte familiale, Bretagne, France
© Jean Mayet / Biosphoto
Le châtaignier, Castanea sativa

Le châtaignier européen est un arbre courant des forêts de plaine françaises. Il mesure entre 25 et 35 m de hauteur. Il fait partie de la famille des fabacées, comme le chêne et le hêtre et il est à feuillage caduc. Ses fleurs sont des chatons jaune pâle qui fleurissent en juin et en juillet. Les bogues contenant les futures châtaignes commencent leur croissance en août et maturent jusqu’en octobre, où elles s’ouvrent et tombent des branches de l’arbre. Chaque boque contient environ trois châtaignes.

Ce marron n’est pas un marron ?

Le châtaignier est facilement confondu avec le marronnier. Dans la langue courante, un « marron » désigne le fruit du marronnier (Aesculus hippocastanum) et le fruit du châtaignier de culture, les plus grosses châtaignes qui occupent la totalité de leur bogue. C’est pourquoi, quand on parle de crème de marron, on parle en réalité de crème de châtaigne. Le marron, fruit du marronnier, n’est pas comestible, il contient une molécule anticoagulante toxique pour les humains. Il faut impérativement savoir différencier ces deux arbres et leurs fruits.

Châtaignier (gauche), Marronnier d’inde (droite)
© Muriel Hazan, Pascal Goetgheluck / Biosphoto
  • Afin de les distinguer, il suffit de comparer leurs feuilles, leurs bogues et leurs fruits : Les feuilles du châtaignier poussent en spirale autour de leur tige. Elles sont individualisées, longues et fines. Celles du marronnier en revanche sont plus larges et poussent de manière opposée à partir d’une même origine par 5 ou par 7.
  • Les bogues du châtaignier sont dures et recouvertes d’une multitude d’épines acérées. Vertes à la pousse, elles sont souvent orangées une fois tombées au sol et contiennent environ trois châtaignes. Les bogues du marronnier sont vertes et plus souples, elles ne portent pas d’épines mais des pointes souples également. Elles ne renferment qu’un seul fruit.
  • La châtaigne est petite, vient par trois, et est surmontée d’une petite queue portant des petits piques similaires à sa bogue. Le marron est gros, légèrement boursouflé, et ne présente pas de petite queue.
À vos paniers !

Pour récolter des châtaignes vous aurez besoin d’un récipient pour transporter vos fruits. Le traditionnel panier en osier est toujours un très bon choix, permettant de laisser les fruits à l’air libre sans les abîmer et les renfermer. Il permet également aux petits insectes de s’échapper avant qu’ils ne se retrouvent chez vous ! Si vous n’en avez pas ce n’est pas très grave, privilégiez tout de même les sacs en tissu aux sacs en plastique. 

Munissez-vous également de matériel pour ramasser et sortir les châtaignes de leurs bogues. Il peut s’agir de chaussures robustes pour écraser les bogues, de gants de jardinage pour les ouvrir avec les mains, de la traditionnelle fourcole, une pince en bois artisanale, pour les extraire de leur carapace… Si vous êtes assez délicats et résistants, vous pouvez les ouvrir à mains nues, mais il faut savoir faire attention aux épines !

Lors de la récolte, il faut repérer les châtaignes percées : la présence d’un petit trou indique qu’elle contient probablement un insecte à l’intérieur. Pas terrible pour la dégustation : il faut essayer de récupérer des châtaignes intactes.

Châtaignes trempées © Visions Botanical / Visions Pictures / Biosphoto

Pour finir d’éliminer les mauvaises châtaignes, vous pouvez tremper votre récolte dans un grand volume d’eau. Toutes les châtaignes qui flottent à la surface ne sont pas bonnes : elles risquent d’être infestées ou d’avoir mauvais goût après cuisson. Les châtaignes qui ont coulé au fond du récipient sont bonnes à cuire.

Pour faire cuire vos châtaignes, il y a plusieurs techniques possibles, nous vous proposons une cuisson traditionnelle au four. Si vous privilégiez d’autres modes de cuisson, le site des Châtaignes d’Ardèche regorge d’astuces. 

Pour cuire vos châtaignes au four, il faut les inciser avec la pointe d’un couteau sur la face bombée. Ceci permettra d’éviter qu’elles explosent dans votre four pendant la cuisson. Elles pourront cuire pendant une petite demi-heure sur une plaque à 220°C, ou thermostat 6-7. Elles pourront être dégustées en sortant du four après épluchage.

Pendant votre sortie

Une sortie en forêt est l’occasion de chercher quelques champignons et plantes. Pour rappel, la chasse aux champignons est règlementée : 5 litres par jour et par personne. Les infractions peuvent entraîner des amendes, il vous faut bien vérifier les règlementations locales. Voici un article qui vous donne quelques indications sur la chasse aux champignons.  

Les plantes comestibles les plus fréquentes sont l’ortie, le pissenlit et le chénopode. Cet article vous présente plus en détail les plantes sauvages que vous pourrez croiser lors de vos balades.

Une fois sur place n’hésitez pas à chercher les quêtes du moment. L’Observatoire de la Biodiversité des Forêts vous propose de rechercher des espèces de champignons, d’amphibiens, de gastéropodes et de papillons dans la forêt. Voici plus d’informations sur l’observatoire et comment participer.

Vous pouvez également emporter un sac poubelle avec vous pour enlever les potentiels déchets polluant la forêt. Le nettoyage volontaire de la forêt par les visiteurs aide les gardes forestiers qui ne peuvent malheureusement pas le faire parfaitement sur tout leur terrain, escarpé, encombré, et régulièrement pollué par des détritus abandonnés.


Crédit de la photo principale : Châtaigneraie du PNR des Monts d’Ardèche France © Hervé Chellé / Biosphoto

Sources :