10 bonnes raisons de planter des arbres en France

Forêt dans le massif des Pyrénées
Forêt dans le massif des Pyrénées

Planter pour aider le cycle dynamique naturel de la forêt. C’est parfois utile, lorsque laisser agir la nature ne suffit plus ! En effet, alors que la forêt française enregistrait une croissance régulière jusque dans les dernières décennies, elle stagne désormais depuis 2003. Couplé à ce phénomène, le changement climatique reste une menace constante et importante sur la forêt, alors même que les sécheresses et les canicules, comme celle de l’été 2003, ont eu un impact visible sur certaines forêts.

Reforest'Action logoHeureusement des solutions à la portée de tous existent ! Reforest’Action, entreprise à vocation sociale, vient de publier un document qui détaille dix raisons justifiant le besoin de planter des millions d’arbres supplémentaires en France et explique comment agir.

Planter-des-arbres1« Sur le plan environnemental, planter des arbres d’essences diversifiées permet de préserver les services écologiques essentiels que nous rend la forêt et de développer la biodiversité qu’elle abrite », confie Stéphane Hallaire, fondateur et directeur de Reforest’Action. « L’enjeu est d’assurer l’avenir et la diversité de la forêt française, multifonctionnelle et durable.», ajoute-t-il.

Découvrez les 10 bonnes raisons de planter des arbres en France en cliquant ici.

Zoom sur… la Soucoupe commune

Soucoupe commune
Soucoupe commune

Dans la catégorie des noms originaux de gastéropodes, la Soucoupe commune est à coup sûr sur le podium ! Son nom commun est inspiré de la forme de sa coquille, grande et aplatie rappelant celle d’une soucoupe volante.

D’une dimension de 15mm de circonférence et 8mm d’épaisseur, la périphérie de sa coquille est fortement carénée et l’ombilic (l’orifice visible à la base de la coquille) est large. Sa couleur est gris-brun avec des taches brunes rouges.

Dans la vidéo ci-dessous, vous pourrez admirer sous tous les angles la forme si particulière de cet escargot. Jugez plutôt !

La Soucoupe commune vit jusqu’à 1700 m d’altitude. Elle affectionne les milieux humides des forêts de montagne ou de collines. Elle évite les plaines basses et les steppes ainsi que les régions à sol meuble. En revanche, elle se plaît aussi bien sur des substrats calcaires que non calcaires.

Soucoupe commune
Soucoupe commune

Pour trouver la Soucoupe commune, regardez sur les troncs (des hêtres le plus souvent) ou entre les cailloux et les feuilles. Elle ne sort qu’avec une forte humidité. Si vous tentez de l’observer par temps sec, retournez le bois mort ou les pierres, fouillez la litière pour trouver des individus cachés ou des coquilles vides. Mais n’oubliez pas de tout remettre en place : dans les micro-écosystèmes forestiers grouillent escargots et limaces, mais aussi coléoptères, grillons, araignées, cloportes, mille-pattes et autres petites bestioles.

Répartition actuelle de la Soucoupe commune
Répartition actuelle de la Soucoupe commune

Sa présence est probable dans le quart sud-est du pays ainsi que dans une majorité de départements du quart nord-est. Dans le centre et l’ouest du territoire, la Soucoupe commune serait présente en Charente, ainsi que dans le Lot, la Vienne, le Puy-de-Dôme, l’Allier et le Cher.

Partez à la rencontre de la Soucoupe commune avec l’Observatoire de la Biodiversité des Forêts et participez à la mission n°21 ! Inventoriez-la et photographiez-la dans les régions Ile-de-France, Pays de la Loire, Poitou-Charentes, Midi-Pyrénées ainsi que dans les départements Manche, Calvados, Ardennes, Marne, Aube, Vosges, Haut-Rhin, Territoire de Belfort, Haute-Saône, Eure-et-Loir, Indre-et-Loire, Nièvre, Saône-et-Loire, Loire, Rhône, Cantal, Lozère et Pyrénées-Orientales.

Les données que vous récolterez permettront d’améliorer la connaissance sur la répartition de cette espèce dans ces départements.

Cucujus est en France !

Cucujus vermillon
Cucujus vermillon

Non non, il ne s’agit pas d’un fruit exotique, mais d’un coléoptère saproxylique, c’est-à-dire lié aux processus de recyclage du bois ! Il s’agit du Cucujus vermillon, ou Cucujus cinnaberinus de son nom scientifique, et il vient d’être redécouvert dans l’Hexagone !

En effet, habitant les régions du centre de l’Europe, des données récentes en Espagne, en Italie et surtout en Allemagne en bordure du Rhin rendaient très probable sa prochaine observation en France.
C’est maintenant chose faite : une mission de deux jours en avril dernier soutenue par l’INPN, a permis à un groupe de 4 entomologistes du Réseau entomologie de l’Office National des Forêts, de la Société Alsacienne d’Entomologie et de l’Ecole d’Ingénieurs de Purpan, de prospecter la rive gauche du Rhin sur près de 100 km de part et d’autre de Strasbourg.

Répartition actuelle du Cucujus vermillon
Répartition actuelle du Cucujus vermillon

Ils ont établi avec certitude la présence de ce magnifique animal dans une large aire des forêts alluviales du Rhin et de la plaine d’Alsace. Cette bonne nouvelle en amène une autre : ces milieux, historiquement malmenés par les activités humaines, vont trouver là un allié de poids pour orienter une gestion respectueuse de ces écosystèmes fragiles.

Rendez-vous compte ! Avant cette découverte, nous disposions seulement de deux informations concernant la présence du Cucujus vermillon en France : une citation en 1931 dans « l’Histoire naturelle des Coléoptères de France » de Georges Portevin et un spécimen non daté (probablement du 19ème) vraisemblablement originaire des Alpes Maritimes conservé au Muséum d’Orléans. Une preuve supplémentaire que les inventaires forestiers, naturalistes comme grand public, sont indispensables pour protéger la biodiversité !

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.