La forêt et le feu

Comme chaque année, l’été apporte son lot d’incendies et de feux de forêts. Partout sur le globe le feu détruit des centaines de millions d’hectares boisés par an.

En France, selon les chiffres de l’ONF, 9 feux sur 10 sont d’origine anthropique et concernent principalement les régions du pourtour méditerranéen et la Corse. Cependant l’organisme alerte sur l’exposition du reste de la France, y compris du nord, à des feux inhabituels du fait des conditions météorologiques en pleine modification à cause du réchauffement climatique.  

Selon l’European Forest Fire Information System, sur la période 1980-2018 ce sont plus de 4 663 feux en moyenne qui se sont déclenchés par an. 90% de ces derniers sont maîtrisés en moins d’une heure, et 5% de ceux qui se produisent dans des conditions extrêmes de sécheresse et de vent sont responsables de 70 à 90% des espaces boisés brûlés.

Les feux représentent en moyenne près de 30 000 hectares de forêts qui partent chaque année en fumée.

La forêt face aux flammes

La proportion la plus importante de ces événements correspond à des feux courants qui se contentent de brûler superficiellement les feuilles et les herbes au sol.

Ces feux courants peuvent être bien plus dommageables s’ils consument une surface importante de sous-bois en brûlant ainsi toute la matière organique qu’il contient. Ces derniers peuvent durer des jours et détruire intégralement le sol. Peu fréquent en méditerranée, ce type de feu est plus courant là où se trouvent de grandes quantités de matière organique comme dans les hêtraies ou les sols humides. 

Même s’ils peuvent faire des ravages dans les systèmes souterrains, ils n’atteignent généralement pas les cimes et se contentent de lécher de leurs flammes les bases des troncs.

Les feux de surface, eux, brûlent la strate supérieure de la litière : les herbes, les arbustes et arbrisseaux, ils peuvent consumer la garrigue et les landes. Les feux de surface se propagent grâce au vent et au rayonnement thermique (la chaleur qui émane des arbres peut entraîner l’augmentation de la température d’un combustible à distance).

Les feux de cimes quant à eux sont les plus destructeurs et les plus difficiles à contenir. Ils brûlent le houppier et les branches de l’arbre en formant une couronne de feu, ils se consument vite et se propagent à une vitesse record, accentuée par le vent. Ils brûlent tout sur leur passage, en particulier lors d’un grand incendie où l’onde de chaleur peut dépasser les 500 degrés.

Ces trois sortes de feux différents peuvent avoir lieu en même temps sur un même espace boisé.

Les feux ont toujours fait partie de l’histoire de nos forêts, et plus particulièrement de celles du bassin méditerranéen. Selon Météo France, les feux de forêts ont progressé de plus de 18% entre 1960 et 2008 sur le territoire métropolitain. Auparavant, la foudre était la cause première des incendies dans le pays ; actuellement, les activités humaines en sont la principale source. Par imprudence ou malveillance, les risques de départ de feux ont explosé durant le siècle passé. 

D’autant plus depuis que les effets du réchauffement climatique se font sentir sur les forêts françaises. La sécheresse fragilise les écosystèmes tout en augmentant fortement le risque d’embrasement de la forêt à la moindre étincelle.

© Paysage de forêt et maquis incendiés – Massif des Maures – Biosphoto

Les espèces pyrophytes 

Étonnamment, malgré les ravages que causent ces incendies, certaines espèces supportent bien le feu et savent même en tirer profit. Il s’agit des espèces pyrophytes.

Présentes dans les régions sèches, elles ont su s’adapter au passage du feu au cours des millénaires. Ces plantes ont développé des aptitudes pour résister aux flammes et certaines ont besoin du feu pour faire perdurer l’espèce.

Ainsi, le chêne-liège dispose d’une écorce très épaisse qui brûle uniquement en surface, libérant de cette manière ses bourgeons. Après un incendie ses branches pourront donc arborer un nouveau feuillage. De leur côté, les ifs et les arbousiers ont une très faible inflammabilité et résistent donc de manière remarquable au passage d’un feu.

Le pin d’Alep quant à lui est une espèce pyrophyte bien connue, particulièrement du fait de son comportement de sérotinie. En effet, comme d’autres espèces de conifères, le pin d’Alep libère ses graines uniquement si les cônes enduits de résine qui les renferment sont soumis à des feux brutaux. Cette espèce est cependant très inflammable, à cause de ses branches qui ne s’élaguent pas d’elles-mêmes, de la présence de cônes en nombre dans son houppier et des éléments chimiques qu’il dégage comme les terpènes. Les nouvelles graines qui tomberont en pluie durant la semaine suivant l’incendie remplaceront ainsi les anciens spécimens calcinés par l’incendie.

D’autres végétaux, sont dits « pyrophytes actifs » car ils favorisent les départs de feu afin de profiter de l’espace laissé par la concurrence (qu’ils colonisent bien plus facilement que les autres espèces). A l’instar de l’Eucalyptus, qui produit des vapeurs fortement inflammables en plus de favoriser la propagation de l’incendie avec son tapis de feuille ou encore l’huile contenue dans son tronc qui est un excellent combustible. 

Les plantes pyrophiles, elles, ont la capacité de se développer sur un sol tout juste incendié, La chaleur émise permet de lever la dormance de leurs bourgeons. Les cistes ou encore les Calistemon (rince-bouteille) sont de parfaits exemples de ce comportement : sans feux seulement 10% des graines des cistes vont germer contre 90% après un incendie.

Indirectement, certaines espèces vont profiter des feux de forêt pour s’octroyer une place dont elles ne bénéficiaient pas auparavant.

hêne liège après incendie – Massif de l’Estérel – Alain Le Toquin – Biosphoto

Les conséquences sur la planète

Les effets d’un incendie, qui peuvent être bénéfiques pour les écosystèmes, ne le sont qu’à condition que la forêt ait le temps de se régénérer entre chaque incendie. Ce processus de régénération, comme nous le verrons, dure des décennies. Auparavant, les fréquences des incendies étaient bien moindres en comparaison à celles que nous connaissons actuellement. Le réchauffement climatique cause des évènements météorologiques extrêmes qui fragilisent en profondeur les écosystèmes et modifient les équilibres existants. Les températures de plus en plus élevées assèchent la végétation qui s’embrase bien plus facilement ; les épisodes caniculaires créent les conditions idéales pour qu’un départ de feu entraîne la destruction de centaines d’hectares de forêt ; sans parler du cercle vicieux qu’engendrent ces espaces boisés qui partent en fumée. En brûlant, la forêt relâche tout le carbone qu’elle avait accumulé, transformant ce puits de carbone en une gigantesque masse de gaz à effets de serre qui contribuent à leur tour à alimenter le réchauffement planétaire. De plus, les feux étant de plus en plus rapprochés dans le temps, les espèces qui ont le temps d’y repousser ne sont pas celles qui absorbent le plus de CO2, ni celles qui résistent le mieux aux flammes. 

Selon Météo France, les feux de forêt devraient augmenter de 20 à 40% d’ici à 2100, tout en étant plus intenses et en concernant de nouvelles régions qui jusqu’ici étaient épargnées.

Les conséquences sur les écosystèmes et la biodiversité

Les feux de forêts sont dramatiques pour la vie forestière ; cependant leurs effets varient selon l’intensité de l’incendie. 

A chaque échelle, l’écosystème s’en trouve bouleversé même s’il s’agit d’un feu rapide qui n’a brûlé que la végétation de surface. Les arbres seront fragilisés de l’intérieur, deviendront des proies faciles pour les parasites et seront plus sujets aux aléas climatiques.

Concernant les feux de cimes, les dommages sont considérables : les bourgeons et le cambium (responsable de la formation du bois) ne résistent pas aux flammes et à l’intense chaleur dégagée par l’incendie. L’arbre succombe très rapidement.

Des invasions d’insectes et de champignons suivent généralement un incendie et contribuent à fragiliser d’autant plus l’écosystème.

Les arbres décimés créent des trouées dans le sous-bois qui s’en retrouve plus ensoleillé, entraînant ainsi un dessèchement de la végétation et l’apparition de graminées, bien plus inflammables, qui augmente la probabilité qu’un nouveau feu démarre.

© Incendie de forêt entre Cassis et La Ciotat – Alain Le Toquin – Biosphoto

Le type de forêt peut être totalement modifié après le passage d’un incendie qui a ravagé de grandes surfaces, comme par exemple dans les forêts méridionales où le chêne vert a fini par être supplanté par une pinède. Ces dernières se régénèrent en 15 ans après un incendie, bien plus rapidement que les chênes verts qui ont besoin de 25 à 50 ans. 

Les feux modifient également en profondeur la biomasse et le sol forestier. Le sol est lessivé, il s’érode, des coulées de boue ravinent la litière carbonisée. L’érosion peut charrier 1 000 à 2 000 tonnes de terre par km carré dans les mois qui suivent un incendie.

Le sol se meurt, il peut atteindre 70 degrés après le passage du feu et mettre des jours à retrouver une température viable pour commencer à être repeuplé et 5 à 10 ans à retrouver un certain équilibre.

Le sol se dessèche en profondeur, privé de ses composés gorgés d’eau, sa température augmente dans les 5 premiers centimètres de profondeur (les plus riches en biomasse et micro-organismes). Bien que recouvert de cendres facilement assimilables, le sol peine à recouvrer ses forces.

De plus, le feu a eu des effets dévastateurs sur la faune sauvage et particulièrement les invertébrés.

En effet, Bernard Fischesser dans son livre La vie en forêt note que « pour chaque hectare de forêt méditerranéenne brûlée par les flammes, seraient morts 300 oiseaux, 40 mammifères, une centaine de reptiles et de batraciens et des milliers d’insectes”. Bien que ce soit un bilan à nuancer car bien des animaux réussissent à fuir les incendies, cela représente tout de même des millions d’individus calcinés qui vont perturber profondément l’équilibre biologique des lieux. 

La faune et particulièrement les espèces cavicoles voient leurs habitats et abris détruits par les flammes : le bois mort a été consumé, les arbres vieillissants qui les accueillaient précédemment dans leurs creux et cavités sont partis en fumée…

Les oiseaux, reptiles et petits mammifères restants n’ont plus de quoi se nourrir, les arbres à fruits ne sont plus, les insectes ont été carbonisés et la grande faune fuit les lieux sinistrés.

Sans les décomposeurs, les pollinisateurs et autres organismes vitaux à la vie de la forêt, l’écosystème mettra d’autant plus de temps à récupérer et à revenir à ce qu’il a pu être avant le désastre.

La régénération de la forêt

Le feu ravage les forêts à une vitesse record, mais la forêt n’est pas en reste en ce qui concerne la régénération après le passage des flammes. Cette dernière dépend du climat et de l’écosystème forestier préexistant. 

Lors de la première année qui suit un incendie, les graminées, mousses et autres petites plantes refont surface pour coloniser les lieux désolés.

Le chêne kermès ou la bruyère, qui possèdent tous deux des souches souterraines, se développeront avec l’aide nouvelle de la lumière qui profite des trouées dans la canopée des arbres pour chauffer le sol.

Les plantes pyrophiles et pyrophytes prennent la place laissée libre dans la vie forestière à l’instar des champignons et autres plantes pionnières.

5 ans après l’incendie, les traces du passage du feu sont moindres, la forêt a laissé place à une variété de graminées, d’arbustes et de plantes dont près de 75% sont des espèces d’origine. Les rejets de souche et l’ensemencement peuvent aider à l’accélération de cette reconstruction.

15 ans après l’incendie, des conifères ont repoussé, particulièrement les pins qui ont une forte capacité de régénération après incendie. Les lichens reviennent peu à peu en nombre et en variété mais il faudra attendre près de 30 ans pour que l’espace reprenne une allure de forêt et entre 70 et 100 ans pour qu’une grande majorité des arbres atteignent une hauteur de 10 à 20 mètres de haut.

© Flore pionnière de mousses et de champignons sur un tronc brûlé – Jura – Michel Rauch – Biosphoto

Du côté de la faune, les coléoptères colonisent assez rapidement le bois brûlé pour s’y reproduire et se nourrir de cette source nouvelle. Grâce à leurs déjections, le sol se régénère bien plus rapidement. Les petits mammifères, tels que les souris et autres mulots, font leurs apparitions rapidement dans les deux années qui suivent l’incendie. Ils attendent pour cela le retour des populations d’insectes.

Les oiseaux peuvent mettre plus d’un quart de siècle à revenir peupler la forêt comme la microfaune du sol.

Petit à petit la nature reprend ses droits si aucun nouvel événement ne perturbe son cycle naturel.

Sources 

Livre : La vie en forêt de Bernard Fischesser

Face aux changements climatiques, la menace des feux de forêts de plus en plus forte – Oxfam France

Les incendies de forêt et la diversité biologique – FAO

Les plantes pyrophytes – Au Jardin

Conséquences des incendies de forêts – WSL