Les interactions biotiques ou comment vivre ensemble 

Comme sur un champ de bataille, chaque espèce de la forêt possède des alliés, des cibles et des ennemis. L’entraide est un très bon moyen de survivre dans un milieu où la recherche et l’obtention de nourriture est la première préoccupation. Cependant, dans le cas où l’association n’est pas équilibrée, la relation n’est pas profitable aux deux individus, et peut parfois être dangereux pour l’un d’entre eux.

Symbiose et mutualisme

Lorsque deux espèces s’allient de façon bénéfique pour les deux, on parle de mutualisme ou de symbiose. La symbiose est une dépendance entre deux espèces pour la survie. Le mutualisme n’est pas spécifique. Par exemple, le lien qui relie les insectes pollinisateurs et les plantes à fleur est mutualiste, ce ne sont pas deux espèces en particulier qui sont reliées. Certaines fourmis vivent avec un acacia, l’arbre leur donne refuge et nourriture, et les fourmis le défendent contre les prédateurs et les autres plantes. Les lichens sont une symbiose entre un champignon et une algue, qui peuvent coloniser des supports stériles. Le figuier sauvage dépend de la guêpe du figuier (Blastophaga psenes) pour sa pollinisation. La femelle pond ses œufs dans des fleurs qui donneront un fruit non comestible, où se développera la descendance de la guêpe. Elle visite également des fleurs semblables mais qu’elle ne parvient pas à parasiter, ce faisant, elle les féconde avec le pollen qu’elle porte. C’est une symbiose, les deux espèces dépendent l’une de l’autre pour leur reproduction.

Une association très intéressante pour la forêt est le mutualisme qui unit les arbres et les champignons, les mycorhizes. Les champignons se fixent sur les racines et développent des structures filamenteuses à travers le sol, autour des racines. Ils multiplient ainsi la surface d’absorption des racines de 10 000. En retour, les arbres leur confèrent des sucres dont ils ont besoin pour croître. Cette relation est indispensable à la mise en place et à la pérennité de la forêt. Elle permet d’instaurer un véritable réseau de communication entre les végétaux, qui peuvent se développer en puisant moins de ressources dans le sol, le champignon permettant l’utilisation d’éléments alternatifs. Certains champignons que nous ramassons sont la partie reproductrice de ces filaments, étendus jusqu’à la surface. C’est le cas des bolets et des truffes par exemple, des champignons que l’on retrouve spécifiquement au pied de certains arbres.

Mais attention, la mycorhize n’est pas toujours mutualiste : un déséquilibre dans la relation et les échanges d’éléments peuvent la faire passer dans le parasitisme.

Parasitisme

 Il s’agit d’une association qui est bénéfique à l’un et néfaste pour l’autre. Ceci se traduit souvent par un prélèvement de nourriture du parasite à l’hôte. C’est ce que font de nombreux champignons et notamment certains arthropodes comme les puces et les tiques. Le coucou est un parasite de couvée des oiseaux : il pond dans le nid des passereaux, leur volant un œuf. Le bébé coucou va éclore avant les passereaux, il pousse les œufs hors du nid pour être le seul petit, et les parents passereaux le nourriront à la place de leurs petits. Les coucous ne nichent pas et parasitent les nids des autres espèces, tuant leur vraie descendance. Autre exemple, l’amadouvier est un parasite des feuillus. Il profite des blessures des arbres pour d’y fixer et se nourrit des molécules circulant dans le tronc. Au bout de quelques années d’implantation, l’amadouvier épuise et tue son hôte.

Un parasite qui tue son hôte est un « mauvais » parasite, il ne peut pas survivre sans son hôte. Par exemple, la graphiose de l’orme est une infestation de l’orme par le champignon Ophiostoma ulmi. Il sécrète des substances toxiques dans la sève, bouchant les vaisseaux de l’arbre et entraînant un dessèchement de la cime. Un arbre condamné ne peut pas être sauvé. Les ormes ont presque disparu d’Europe à cause de ce champignon. S’il cause leur extinction, il s’éteindra lui aussi.

Il existe des parasites qui tuent « intentionnellement » leurs hôtes. Ce sont les parasitoïdes. Un exemple connu est le parasitisme d’insectes par des guêpes. Les guêpes vont pondre les œufs sur un insecte ou dans un insecte. Dès l’éclosion, les larves vont commencer à se nourrir de l’hôte et vont le consommer intégralement lors de leur développement. Les chrysalides des papillons sont notamment la cible de ces guêpes (plus d’informations dans cet article). Les papillons peuvent également être des parasites en s’infiltrant dans des fourmilières, on parle de chenilles myrmécophiles.

Commensalisme

Littéralement, le commensalisme désigne le partage de la nourriture entre hôte et compagnon, le commensal. La définition est étendue à une association bénéfique pour le commensal, et neutre pour l’hôte. Ce bénéfice peut être de la protection, du transport ou de l’obtention de nourriture. Par exemple, certains mulots cohabitent avec des blaireaux, certaines chouettes nichent dans les cavités creusées et laissées par les pics noirs.

Consommation

La consommation a lieu sans échange : un animal consomme un être vivant. On parle de prédation, la proie est un végétal vivant ou un animal vivant. Cette forme de nutrition requiert la mort de la proie. Dans les deux cas, il n’y a pas de coopération entre les espèces, l’une chasse l’autre. Cette relation est une pression qui a favorisé au cours de l’évolution l’apparition de certains caractères et comportements chez les proies et les chasseurs. Les proies animales et végétales ont développé des stratégies de défense (odeur des putois), de camouflage (fourrure blanche en hiver), de fuite (course rapide, enfouissement), d’avertissement de toxicité (couleur des amphibiens) ou encore de mimétisme (écailles des papillons).

Toutes ces interactions se sont mises en place au cours de l’évolution et sont la preuve de l’ingéniosité des espèces : l’évolution simultanée des organismes leur permet d’adopter les caractères facilitant leur mode de vie (appareil buccal accrocheur des puces, pattes rebondissantes des lièvres) tout en délaissant les caractères superflus (ailes des puces), tout cela en fonction de leur environnement, de leur habitat et des espèces avec lesquelles ils cohabitent.


Crédit de la photo principale : Pic noir (Dryocopus martius) et Ecureuils roux (Sciurus vulgaris), Parc naturel régional des Vosges du Nord classé Réserve mondiale de Biosphère par l’UNESCO © Michel Rauch / Biosphoto

Sources :

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s